Sign in
Download Opera News App

 

 

Déchirure entre Affi et Gbagbo : Comment expliquer le silence des socialistes Français?

Près d’un mois après le retrait de Laurent Gbagbo du Front Populaire Ivoirien (FPI), le parti d’Affi Nguessan semble ne pas encore avoir fait le deuil du départ de son fondateur. Laurent Gbagbo est parti pour une nouvelle aventure, mais son ombre plane toujours au-dessus du parti. En témoigne cet appel au retour de l'ex chef d"état, réitéré ce Mardi 07 Septembre par Alfred Guéméné, pour qui ''personne ne peut véritablement penser que Laurent Gbagbo puisse être en capacité moral et psychologique d'abandonner le FPI'', affirmait-t-il dans l'une de ses publications qu'il nous transmettait.

 

Dans cet imbroglio, les anciens de l’ancienne garde du Parti Socialiste (PS) Français, parrains politiques de l’ex chef d’état, ont observé un silence troublant, du moins officiellement. Durant ces 6 années de crise interne au FPI, aucun des dinosaures de ces dignitaires du PS des années 1980-1990, qui ont porté Laurent Gbagbo à bout de bras jusqu’à son accession à la présidence de la république en Octobre 2000, n’a visiblement tenu à mouiller le maillot pour concilier les positions entre l’ex détenu de la prison de Scheveningen à la Haye et son premier chef de gouvernement.

 

Ni Lionel Jospin, ni Charles Josselin, ni Albert Bourgi, Ni Guy-Labertit, ni Jack Lang, ni Henri Emmanuelli, pour ne citer que ceux-là, ne se sont officiellement fait entendre pour tenter de dissiper les incompréhensions.

 

La suite, on la connaît. Le 09 Août dernier, le prédécesseur d’Alassane Ouattara, annonçait son départ du parti qu’il a fondé en 1990, préférant l’abandonner à son rival, Affi Nguessan. En Hexagone, l’on se demande bien ce que peuvent en penser ces anciens cadres du PS, témoins des errances de Laurent Gbagbo durant son exil, au plus fort de son combat pour l’instauration du multipartisme en Côte d’Ivoire.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

affi nguessan fpi '' laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires