Sign in
Download Opera News App

 

 

Affaire Mairies de Côte d'Ivoire : Assalé Tiémoko monte au créneau et dénonce une nouvelle loi

Le Député-Maire de Tiassalé, Assalé Tiémoko Antoine, aussi patron du quotidien ivoirien "l'éléphant Déchaîné" a multiplié des réactions, en particulier ce mercredi 08 septembre 2021, suite à une nouvelle règle en défaveur des collectivités de Côte d'Ivoire


Les Élus locaux ont désormais la corde au cou. Ce, depuis le 17 août 2021. En effet, selon Assalé Tiémoko, une nouvelle façon de faire leur a été imposée. Les mairies ne seront plus autonomes dans la forme. Surtout, pour ce qui est d'ordre financier. " Voilà ce qui va se passer théoriquement, si on s'en tient à ce qui est demandé aux maires, depuis le 17 août 2021.


1 - le maire a jusqu’au 15 juillet de l'année en cours, pour adopter le programme triennal de l’année n+1 et jusqu’au 31 décembre pour le budget primitif.


2 - deux mois avant, il faut avoir fait le débat budgétaire soit le 15 mai au plus tard pour le triennal et le 31 octobre pour le budget primitif. 


Cela veut dire que la municipalité doit les avoir adoptés le 1er mai et le 15 octobre et donc que le programme triennal le budget primitif aient été élaborés au plus tard le 15 avril et le 30 septembre, sachant que la notification de la subvention d’investissement n’est pas reçue avant le 15 avril voire jusqu'au 15 juillet.


3 - il faut ensuite aller recueillir l’avis exprès du contrôleur financier, soit au plus tard le 23 juin puisqu’il a une semaine pour réagir, en espérant qu’il ne demande pas de corrections sinon c’est pire.


4- Le maire peut enfin convoquer le Conseil municipal et adopter le 15 juillet, faire les corrections demandées et envoyer pour avis au préfet qui prendra son temps pour l’étudier, puis ajustements à nouveau, puis l’envoyer aux experts de la DGDDL (direction Générale de la Decentralisation et du Développement Local) , puis nouvelles corrections, puis l’envoyer à la commission mixte pour programmation, puis aller soutenir, puis nouvelles corrections puis envoyer la mouture définitive à la signature avec ses délais d’attente, entre trois semaines et 45 jours." 


À en croire donc ses propos, la politique de décentralisation n'aura plus son sens. Parce que les mairies dépendront exclusivement soit du contrôleur financier ou du préfet de région. Et cette façon de faire peut-être aussi favorable aux uns et défavorable aux autres. 


Mieux, les maires qui sont dans l'opposition auront du pain sur la planche. Certains risqueraient de finir leur mandat sans même percevoir 5 f dudit budget. Alors, doit-on dire tout comme le maire de Tiassalé que les sous-préfets devraient reprendre la gestion des mairies ? Puisqu’à cette allure, on aurait l'impression qu'ils ne serviront plus à rien.


D.Tahé

Content created and supplied by: David225 (via Opera News )

créneau côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires