Sign in
Download Opera News App

 

 

Législatives 2021 : trop de doléances aux candidats

Ld0103211200

Le 06 Mars les ivoiriens en âge de voter et inscrits sur la liste électorale seront à nouveau appeler aux urnes pour choisir les 255 députés qui vont animer notre hémicycle. Sur le terrain, la bataille de la campagne est financièrement rude. Et à la pratique, le premier adversaire des candidats sont les populations qu'ils viennent solliciter.

Témoin de campagnes électorales en zones rurales, il nous a été donné de constater que l'arrivée des candidats dans chaque village campement ou hameaux riment avec un chapelet de revendications que le candidat doit satisfaire immédiatement pour espérer voir le choix des populations portés sur lui. De façon générale, ces doléances portent sur l'adduction en eau potable, la construction ou la réhabilitation de pompes villageoises, l'électrification, la construction ou la mise au norme de salles de classe et la construction d'appatam pour la chefferie. Souvent la rencontre entre le chef de village où de communauté qui précède les meetings en plein air est une occasion de marchandage où les leaders posent sur la table leurs propres doléances ou exigences qui sont supposées les inciter à donner des mots d'ordre ou des consignes de votes à leurs administrés. À ce niveau les désidératas des chefs peuvent porter sur des numéraires, ou biens matériels comme un véhicule à acheter ou à réhabiliter ou encore du boulot ou autres faveurs pour leurs enfants. Les candidats dès lors sont obligés de jouer les équilibristes pour ne pas voir s'échapper les promesses de voix. Annoncer de façon péremptoire que le député n'a pas de budget pour satisfaire leurs demandes, c'est courir droit à la défaite. Les candidats quand ils le peuvent règlent dans l'immédiat des problèmes pas trop coûteux. Quant aux gros oeuvres, le tact est plus que nécessaire pour ajourner leur exécution à travers si et seulement s'ils sont élus.

Ces doléances certainement inconfortables pour les prétendants aux sièges de l'hémicycle découlent de deux faits. Selon une responsable des femmes dans l'un des villages où nous étions: "une fois élus et au cœur des privilèges, ceux qui se sont pliés en quatre pour solliciter nos votes nous oublient totalement. La campagne est donc pour nous l'occasion rêvées d'obtenir d'eux ce qu'ils ne nous donnerons jamais en temps normal". La deuxième raison selon notre analyse découle du fait que aujourd'hui encore, beaucoup de nos populations ne sont pas suffisamment imprégnées du rôle du parlementaire à qui l'on prête les pouvoirs du maire, du président du conseil régional ou même du président de la république. Les prétendants au siège de notre assemblée nationale sont donc prévenus, ils n'ont d'autres choix que de se montrer très diplomates ou casser la tirelire.

SRANKPAWA BOUAKE Ld0103211200

Photos: Internet

Abonne toi "+ Suivre", Partage, Commente et mets un like

Content created and supplied by: SRANKPA (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires