Sign in
Download Opera News App

 

 

Fête du travail/Interdiction de rassemblement: Les syndicats dénoncent un «deux poids deux mesures»

« Comment peut-on accepter des rassemblements pour des funérailles grandioses, des campagnes électorales et interdire aux travailleurs de se réunir le 1er mai. Au départ, on nous a interdit de nous réunir, finalement on nous a dit qu’on pouvait se réunir mais en nombre restreint, au dernières nouvelles, on ne devrait pas excéder plus de 250 personnes. Pour la cérémonie à la primature, on nous a demandé de venir avec 2 représentants par Centrale, en fin de compte ce sont 10 personnes par Centrale qui sont acceptées, après négociation », a dénoncé Kokora Jonas, secrétaire à la communication de la Fédération des syndicats autonomes de Côte d’Ivoire (Fesaci). 

Avant d’ajouter, « on a voulu tout faire que nous ne puissions pas nous réunir ». 

Selon lui, les travailleurs ont l’habitude de réunir chaque année à leur siège pour échanger entre eux, partager un repas avec leurs membres en attendant le retour de la délégation qui participe à la cérémonie officielle à la Présidence. Mais cette année ils ont été contraints à se réunir à huit-clos, comme en témoigne cette rencontre à la salle de conférence de cette Centrale syndicale, devenue exiguë pour la circonstance.

Et Kouadio Koffi N’da, Sga de la Fesaci chargé des relations internationales de renchérir, « on veut nous empêcher de poser les vrais problèmes des Ivoiriens. Sinon comment comprendre qu’après avoir autoriser les rassemblements pendant des funérailles et les élections on nous interdit de nous réunir pour échanger.

En croire Monsieur Kouadio le gouvernement pouvait leur permettre de se réunir, pour la seule journée, dans un stade en les parquant dans des compartiments, mais non.  

 « Jusqu’à la dernière minute on ne savait pas si on devrait se réunir ou pas, le comité d’organisation ne savait pas que faire », confie Traoré Dohia, secrétaire général de la Fesaci.  

En raison de la Covid-19 le gouvernement, après plusieurs consultations, a décidé de sursoir à la cérémonie traditionnelle avec les travailleurs à la Présidence. Cette année, ce sont 10 représentants par Centrale syndicale qui ont été reçus à la Primature par le nouveau Premier ministre, Patrick Achi, qui faisait ainsi son baptême de feu avec les syndicats.

Eugène YAO        

Content created and supplied by: eugeneyao (via Opera News )

Centrale

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires