Sign in
Download Opera News App

 

 

Bingerville: situation très tendue à M'Batto-Bouaké entre populations et forces de l'ordre

Les populations de M'batto-Bouaké devantvun véhicule de la Gendarmerie


M'Batto-Bouaké, village de la commune de Bingerville est en ébullition depuis la nuit du vendredi 12 février à samedi 13 février à cause d'un conflit autour de la chefferie. Selon des sources sur place, les populations protestent contre une tentative des autorités administratives d'installer un nouveau chef. La gendarmerie est intervenue et a usé de gaz lacrymogènes qui ont mis tout le village en émoi. " Hier nuit vers 23 h, les villageois ont constaté que des gens installaient des bâches. Quand ils se sont renseignés, ils ont appris que le sous-préfet de Bingerville viendrait le lendemain pour installer un nouveau-chef. Vers minuit, des cargos de gendarmes sont arrivés. Ce matin, des jeunes ont fait tomber les bâches et les ont brûlés. Et des villageois badigeonnés de kaolin se sont mis devant les cargos des gendarmes à faire des incantations pour fussent-ils conjure le mauvais sort", rapporte un confrère qui habite la zone. " Un moment venu, les gendarmes ont tenté d'interpeller deux jeunes hommes. Les protestataires se sont opposés et la situation a dégénéré. Course-poursuite, gaz lacrymogènes partout. Des vieilles dames sont tombées en transe et dans les pommes", poursuit-il avant de dire qu'il s'est vu dans l'obligation de quitter le secteur pour échapper aux gaz.

Il dit être au courant de la crise depuis longtemps. " Le chef du village actuel se nomme Anouma Batiglon. Il a remplacé un autre qui apparemment souhaite un autre qu'il maîtrise. Cela avait créé des tensions et ke préfet de Bingerville avait pris une décision de suspension du chef Anouma pour 6 mois. C'était une situation transitoire. Le 21 janvier, la suspension a pris fin mais les autorités semblent avoir un autre agenda que celui de lever la suspension", dit le confrère. Il évoque de gros enjeux financiers liés à la vente des terrains du village. 

Cette affaire rappelle celle qui prévaut à Abadjin-Kouté dans la commune de Songon où les autorités est aussi soupçonné d'être de connivence avec le chef sortant pour l'installation d'un autre chef. Le mercredi 27 janvier, les populations avaient tenté de s'opposer à l''installation de Djoman Calixte trois mois après la présentation d'Aké Nimba Gervais comme celui choisi par les doyens de la génération Dougbô qui doit prendre maintenant les commandes du village. Des gaz lacrymogènes avaient été aussi de la partie.

A Abadjin Kouté, l'on parle également d'enjeu financiers liés à la vente des terrains.

Dan Opéli

Content created and supplied by: Dan_Opeli (via Opera News )

bingerville m'batto-bouaké

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires