Sign in
Download Opera News App

 

 

L'école ivoirienne : et si madame le ministre faisait rebondir les restrictions des années 1970?

Dans les années 1970 et 1980, il y avait des sessions de septembre pour passer en classe supérieure. Les candidats, qui avaient 9 et plus de moyenne annuelle, s'appelaient les "septembristes".

Au BEPC et au Bac il y avait l'oral de contrôle et la deuxième session avec des sujets bien corsés.

Notons que tous ces aspects susmentionnés contribuaient à la construction d'un système éducatif répondant à tous les défis.

Malheureusement selon les informations à notre disposition, sur 55395 candidats inscrits au concours de CAFOP, 52000 candidats n'ont pas le niveau requis pour espérer embrasser la carrière d'instituteur et cela a fait ressurgir cette vieille pratique de la 2e session en son temps.

Si cela est vérifié, il est à craindre pour le pays tout entier. Combien de sans niveau ont pu passer les mailles du filet pour intégrer les emplois sensibles de l'État de Côte d'Ivoire ?

En clair, comment un sans niveau peut il former ou soigner efficacement un être humain ? L'éducation et la santé sont des secteurs où aucune erreur n'est autorisée et pardonnable.

Vivement que les autorités compétentes fassent un clin d'œil dans le passé pour redonner à notre pays sa place qu'il occupait dans le concert des nations, pour parler de son système éducatif.


RichardToty

Content created and supplied by: RichardToty (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires