Sign in
Download Opera News App

 

 

Gagnoa/ Une "journée du directeur d’école" pour rétablir l’autorité du maître dans le Goh

Plus de 450 directeurs d’école issus des douze inspections de l’enseignement du préscolaire et du primaire de la DRENA du Goh ont exprimé leur solidarité, leur bonne santé intellectuelle et physique mercredi et jeudi à Gagnoa. Le contexte était « la journée du directeur d’école. » Journée au cours de laquelle, pour la première fois, on a vu des directeurs d’école (hommes et femmes) fendre la ville en défilant. A tout le moins, pour démontrer, comme cela s’est vu la veille, leur bonne santé physique par une compétition de Maracaña, ensuite la procession de jeudi dont le point de départ était le rond-point du CHR, avec, pour chute, une salle de spectacles à Ony Babré, village de la commune de Gagnoa. Le moins que l’on puisse dire, est que cette « journée du directeur d’école » organisée par le Bureau Régional de la CNDECI (Coordination Nationale des Directeurs d’Ecole de Côte d'Ivoire) de Gagnoa dont le thème était « le directeur d’école, maillon essentiel de la chaîne éducative au préscolaire et au primaire » a été couronnée de succès. 

 A preuve. L’interminable attente des officiels, parrains et autres, pris ailleurs au même moment, n’a guère entamée leur bonne humeur tout au long de cette journée. Le président national de la CNDECI, M. Etienne N’guessan a prononcé à cette occasion, une conférence dont le thème, fort à propos, épousait celui de la journée. M. N’guessan a fait remarquer que « dans une école, le directeur d’école a de nombreuses tâches administratives et pédagogiques qui lui laissent peu de liberté et de temps…or, il tient, lui aussi, bien souvent, une classe d’un effectif pléthorique. Et certains « patrons », les inspecteurs, tolèrent mal qu’il ne tienne pas de classe.» Il a plaidé ensuite pour la reconnaissance du travail supplémentaire réalisé sans cesse et pour la revalorisation de leur indemnité de directeur qui n’a guère changé en 46 ans. M. N’guessan a vivement souhaité qu’il faut panser à la base toutes les plaies et les clichés négatifs collés à l’école aujourd’hui. « Le directeur d’école nouveau, ce n’est plus celui qui va dire : il me faut un pourcentage élevé alors que l’enfant n’a pas le niveau. Il faut que ce soit des valeurs qu’on envoie au collège et non le nombre » a indiqué M. N’guessan. Et d’ajouter que « dans nos villages, il y a eu beaucoup d’enfants qui sont allées au collège mais ils n’ont pas atteint la 5e ou la 4e. » « Au niveau de la coordination, dans notre vision du nouveau directeur d’école, ce sont des choses à bannir… » a situé M. N’guessan. Quant au coordonnateur régional de la CNDECI du Goh, M. Oulaï Mathieu, premier artisan de la parfaite organisation de cette rencontre à laquelle plus de quatre cent cinquante directeurs issus de toutes les écoles des douze inspections du préscolaire et du primaire du Goh ont pris part, il a remercié avec des mots bien choisis, toutes les autorités

qui se sont engagées à leurs côtés pour la réussite de cette « journée. » Et, bien entendu, en décernant une note spéciale à ses collègues pour leur sens du devoir bien accompli. Il a fait savoir qu’il s’agit, à travers cette manifestation, de rétablir l’autorité du maître pour la réussite d’une éducation de qualité. Enfin, de célébrer solennellement ceux d’entre eux qui partent à la retraite cette année et ceux qui ont eu une promotion. 

 A noter la présence de plusieurs chefs de circonscriptions primaires de la DRENA du Goh, le représentant du parrain, M. Yssouf Diabaté, député maire de Gagnoa à cette belle fête présidée par le sous-préfet de Galébré, Mme Camara Clémence qui représentait, à cet effet, le préfet de la région du Goh. 

Cassin.

  

Content created and supplied by: AbelCassin (via Opera News )

goh

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires