Sign in
Download Opera News App

 

 

Réconciliation sans Soro/Un proche de Gbagbo avertit Ouattara: "On sera surpris..."

Les signaux renvoyés ces derniers temps par le chef de l’état Ivoirien, Alassane Ouattara, en matière de réconciliation nationale, tendent à rassurer les exilés à l’extérieur, mais uniquement de façon partielle. 

Dans un entretien qu’il nous accordait ce Samedi 08 Mai, Boga Sako Gervais, vice-président de la coalition pro-Gbagbo, Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) et proche de l'ex président, se prononçait sur la situation judiciaire de son mentor et de l'ex président de l’assemblée nationale, Guillaume Soro, sur lesquels planent des condamnations de 20 ans d’emprisonnement. 

Si l'on s’attend à ce qu’une amnistie soit ordonnée par le dirigeant Ivoirien en faveur de son rival de la crise postélectorale de 2011, le sort de Guillaume Soro demeure une énigme. 

Que fera Alassane Ouattara du cas de l'ex numéro 2 de son régime, contraint à l'exil depuis son retour manqué à Abidjan le 23 Décembre 2019 ? Pour l’activiste des droits de l’homme réfugié en Italie, ‘’Il faut prendre une décision d’amnistie (Ndlr : pour Laurent Gbagbo et Guillaume Soro) au nom de la paix et de la réconciliation. Ouattara doit aller plus loin’’. Car, prévient-t-il, ‘’il ne faut pas faire la réconciliation à moitié, sinon, on sera surpris par l'autre moitié’’. 

La question obnubile aujourd’hui les observateurs de la vie politique Ivoirienne. Pour Boga Sako Gervais, il appartient à Ouattara de prendre les mesures qu’il faut pour ressouder le tissu social dangereusement affecté par les conflits politiciens, à un moment où la menace djihadiste, se rapproche. 

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

alassane ouattara guillaume soro

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires