Sign in
Download Opera News App

 

 

Statistiques sur la dimension genre lors des élections: La CEI renforce ses capacités

La CEI en collaboration avec ONU FEMMES et le PNUD organisent un atelier de formation sur la production et la valorisation des données électorales sensibles au Genre et intersectionnelles, du 17 au 20 mai 2021 à Grand-Bassam.


Une préoccupation actuelle. Les capacités des pays à collecter et à présenter des données statistiques différenciées par sexe et des indicateurs fiables sont désormais incontournables. Ces initiatives qui visent à mieux informer les responsables politiques sur les disparités entre les femmes et les hommes et leurs contributions différenciées au développement national, concernent également la gestion des processus électoraux.

En effet, la Commission électorale indépendante (CEI), autorité administrative indépendante en charge de la gestion des élections, dispose de mécanismes qui favorisent la collecte, la consolidation et la gestion d’un grand nombre de données. Il s’agit, par exemple, d’informations sur des milliers de centres et de bureaux de vote, de données sur les listes électorales recueillies sur le terrain, de l’attribution de matériel, du taux de participation des électeurs et de la répartition du personnel électoral. Au-delà de la disponibilité de ces données, il apparait impérieux de pouvoir les valoriser afin de documenter les comportements différenciés des femmes et des hommes durant les échéances électorales comme le préconise la stratégie genre de la CEI. Le recueil et la diffusion des données sont des tâches essentielles pour s’assurer de I’inclusivité des processus électoraux qui peuvent aider la CEI dans ses analyses, ses décisions et sa planification.

C’est dans cette optique que la CEI en collaboration avec Onu Femmes et le PNUD organisent un atelier de formation sur la production et la valorisation des données électorales sensibles au Genre et intersectionnelles, du 17 au 20 mai 2021 à Grand-Bassam.

A l’ouverture de cet atelier le lundi 17 mai 2021, le premier vice-président de la CEI, Sourou Koné, a indiqué que le challenge à relever est d’internaliser la pratique genre au sein de la CEI et lors des opérations électorales. C’est dans ce sens qu’il a exhorté les séminaristes à s’impliquer dans cette formation comme l’ont fait d’autres membres de cette institution dans des formations similaires. Yacouba Doumbia, chargé de programme à Onu Femme et Bacar Saïd, conseiller technique principal aux élections du Pnud, ont rappelé les objectifs spécifiques de ces assises. A savoir notamment concevoir des instruments opérationnels de collecte des données sensibles au genre et intersectionnelles, en partant du processus actuel de production des statistiques électorales de la CEI ; déterminer les conditions et modalités de valorisation des données sensibles au genre et intersectionnelles disponibles.

AKE

Content created and supplied by: Eddy3 (via Opera News )

cei onu pnud

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires