Sign in
Download Opera News App

 

 

Irié-Lou Colette: son décès éclipsé par celui d'Hamed Bakayoko

Irié-Lou Colette, un nom qui ne laisse personne indifférent tant cette dame aura marqué la société ivoirienne par son courage, son abnégation et sa force de caractère. Ce n'était pas gagné d'avance pour elle, dans la mesure où elle n'a jamais mis les pieds à l'école. Loin d'être complexée par ce handicap, Irié-Lou Colette s'est battue avec acharnement pour se hisser au haut niveau, au point de devenir la présidente charismatique de la Fédération Nationale des Coopératives de Vivriers en Côte d'Ivoire (FENACOVICI); un secteur qu'elle aura réussi à organiser et à moderniser pour le bonheur des populations, approvisionnées abondamment en produits vivriers.

Avec de l'énergie à revendre, "la Baronne du vivrier" était au four et au moulin pour s'assurer de l'acheminement régulier des vivres sur les marchés, de manière à nourrir à satiété les ivoiriens, voire les africains. Hélas, celle qui détenait la clé du "grenier ivoire" s'en est brutalement allée au pays du voyage sans retour, le 05 mars 2021; un drame pour la Côte d'Ivoire, qui perd ainsi une "self made woman" chevronnée, une femme d'affaires avisée, un manager réputé, un modèle de réussite formidable, celle qui est partie de rien du tout, mais dont les compétences sont reconnues au plan national et international. D'ailleurs les nombreuses distinctions glanées ça et là tout au long de son riche parcours, sont là pour attester avec véhémence qu'Irié-Lou Colette était une femme d'honneur et de grande valeur. C'est dire que notre pays lui doit une fière chandelle pour les énormes services rendus à la Nation, à travers son combat acharné contre la faim.

Malheureusement, on se rend compte que depuis son décès, la Nation n'en fait pas assez ou même pas grand-chose pour lui rendre un hommage mérité, à la hauteur de son engagement à servir le pays. Et depuis le décès officiel du Premier Ministre Hamed Bakayoko, le 10 mars 2021, Irié-Lou Colette a été pratiquement oubliée. Actuellement, en partant de la base pour arriver jusqu'au sommet de l'Etat, tout tourne autour du Golden Boy. Le pays s'est arrêté de respirer, et l'actualité est inondée par les hommages et les témoignages en l'honneur d'Hambak. C'est bien de rendre à César ce qui est à César, à Hamed Bakayoko ce qui est à Hamed Bakayoko pour tout ce qu'il a apporté à la culture, mais n'oublions pas aussi de rendre à Irié-Lou Colette ce qui est à Irié-Lou Colette. Car, ces deux personnalités parties de rien, ont servi l'Etat avec passion et dévouement, chacune à sa manière. Loin de vouloir créer la polémique, il nous paraît nécessaire d'attirer l'attention des uns et des autres (surtout l'Etat) quant à l'obligation d'honorer (sans discrimination flagrante) tous nos illustres disparus, notamment la vaillante Irié-Lou Colette, elle qui a, jusqu'à son dernier souffle, "nourri" toute la Côte d'Ivoire, voire la sous-région africaine. On attend donc de la Nation un hommage digne de ce nom, à la hauteur de ce que cette dynamique femme Gouro a apporté à ce pays et à tous ses habitants.

THE BEST OF THE BEST

Content created and supplied by: thebestofthebest (via Opera News )

irié-lou colette

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires