Sign in
Download Opera News App

 

 

10 ans après son licenciement, Tonton Bouba fait des révélations : “c'est un règlement de compte”

Touré Aboubacar, plus connu sous le nom de Tonton Bouba était l'invité du Life Weekend, ce vendredi 28 mai 2021. Au cours de cette émission, précisément dans la rubrique dénommée “le confessionnal”, l'animateur est revenu sur son licenciement de la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI) en novembre 2011. Petite piqûre de rappel. À cette époque, la direction de la télé avait décidé de dégraisser l'effectif pléthorique d'alors. 322 agents sur un millier que comptait l'institution, ont été mis en chômage technique pour deux mois puis licenciés plus tard. Parmi ces licenciés, se trouvaient des «grosses têtes de la télé» comme Kounta Mader, Laurence Sauthier, Hermann Aboa, Barthélemy Inabo, Awa Ehoura Wattara et Tonton Bouba. À écouter Tonton Bouba, cette situation qu'il a vécu difficilement serait le résultat d'un complot interne. Une situation qui l'a même conduit à éviter de passer devant le siège de la télévision trois ans durant.

«C'était en novembre 2011 parce que j'ai été célébré à Fréquence 2, le 11 novembre 2011 parce que c'était l'anniversaire de Fréquence 2. Célébré à midi, et à 18h, Aboubacar Touré mis en chômage technique. Pourquoi ? Je ne sais pas. Je me suis posé la question pourquoi. En 2006, j'ai reçu le trophée du meilleur animateur de la télévision. Tenez-vous bien, les membres du jury c'était feu Serge Pacôme Aholou qui n'était pas n'importe qui à la télévision, Eugène Kacou, Georges Benson et Gérard Amangoua qui était le directeur de la RTI. C'était des hautes personnalités. (...) Alors, être le meilleur et être licencié, vous comprenez que ça vous développe l'hypertension que j'ai aujourd'hui parce que je me suis posé la question pourquoi. Qu'est-ce-qui s'est passé ? (...)» a-t-il interrogé. Puis poursuit-il : D'après ce que va me dire plus tard, Touré Sanga, paix à son âme, qui était le directeur de la première, il m'a dit qu'il a donné au niveau des programmes, je crois 80 personnes qu'on devait licencier, 50 personnes qu'on devait garder mais mon nom ne figurait pas. Il était en mission, à son retour, mon nom y figurait. Jusqu'à présent, on ne me l'a pas dit » a confié l'animateur.

«Mais pour être très franc, ce que j'ai entendu après, on m'a dit que j'ai été décoré par Laurent Gbagbo. Que le spectacle de TV2, Cyclone, c'était pour Nady Bamba. Et que j'étais proche d'eux. Ça c'est “on dit”. On me l'a jamais dit officiellement. Mais je suis monté au haut lieu pour dire : “mais quand on dit cela, appelez-moi pour me démontrer par une image, pour me montrer où j'ai battu campagne, où j'ai fait de la politique. Les Ivoiriens savent que je n'ai jamais fait de la politique”» a-t-il expliqué.

À la question de savoir s'il pensait qu'il était victime d'une injustice, Tonton Bouba a répondu par l'affirmative. «Oui ! C'est un règlement de compte, peut-être interne. Peut-être que le Chef de l'État, je pense qu'il n'est pas au courant de cette affaire. C'est un règlement qui a dû se faire d'un manière interne. Je ne pense pas que le politique au haut niveau est au courant» a-t-il lâché. Puis de révéler : «Ce qui m'a fait mal dans cette affaire, je le dis haut et fort, le jour on nous licenciait, nous étions interdits de rentrer dans la cour de la télévision avec nos voitures. (...) Mais je vous dis aussi que depuis 5 ans, cette affaire de licenciement, je n'y pense plus. Peut-être qu'il y a une porte qui va s'ouvrir plus tard. Je l'ai bien consommé, mais au départ, je l'ai mal accepté. J'ai fait 3 ans sans passer devant la télévision ivoirienne. Quand je veux partir à l'ivoire (hôtel Ivoire, Ndlr), je passe par Mermoz». 


Yannick_LAHOUA

Content created and supplied by: Yannick_LAHOUA (via Opera News )

tonton bouba

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires