Sign in
Download Opera News App

 

 

Concours administratifs : les propositions de Gnamien Konan à Anne Ouloto

C’est le samedi 9 septembre 2021 dernier que la ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration, Anne Désirée Ouloto, a procédé au lancement des compositions aux différents concours administratifs au Lycée classique d’Abidjan. A cette occasion, elle avait invité les candidats postulants aux 352 concours administratifs au titre de l’année 2021, à se mettre sérieusement au travail seul moyen d'une réussite certaine. 

Ce sont donc environ 115.979 candidats qui postulent pour les quelques 11.874 postes budgétaires à pourvoir. Si la décentralisation des épreuves écrites dans dix localités du pays est à saluer, quelques réformes restent encore à initier afin de parfaire le système estime le député Gnamien Konan par ailleurs ancien ministre en charge de la fonction publique et qui a à son actif d’importantes initiatives qui ont permis d’assainir le fichier des fonctionnaires et agents de l’État.

Interpellant celle qui a en charge le recrutement du personnel public, le natif de Botro suggère pour les années à venir « que seul le candidat admis fasse la visite médicale ». En effet, le dispositif actuel impose la visite médicale en amont à tous les candidats inscrits sans distinction, toute chose qui alourdit le budget des personnes désireuses de postuler si cela ne constitue un élément dissuasif pour plus d’un. Il propose donc que la visite médicale ne soit imposée qu'à la fin du processus d'admission.

Pour sa seconde proposition, Gnamien Konan est revenu sur un aspect en rapport avec la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. « Madame, il existe encore une énorme hérésie » fait-il remarquer. Cette hérésie pour l’ancien patron des douanes, consiste à « organiser des concours sans que les administrations utilisatrices n'en expriment le besoin ». Cette observation du ministre Gnamien Konan se fonde sur le fait que bien des fonctionnaires une fois recrutés, sont mis à la disposition d’administrations qui n'en ont pas besoin. Ils sont alors remis à la disposition des services de la fonction publique qui doivent leur trouver un autre point de chute. Paradoxalement, il existe d’autres services publics où le besoin de certains profils et emplois est criard.

Afin d'éviter que des agents recrutés et formés ne soient ballottés entre ministères sans affectation précise, il s’agit en collaboration avec les directeurs des ressources humaines de tous les ministères, de faire l’évaluation des ressources humaines disponibles, d’évaluer les besoins sur le cours moyen et long terme et de dégager les besoins en recrutement. Cela permettra de parvenir à une gestion saine, rigoureuse et efficiente des ressources humaines. L'Etat disposerait ainsi d’une administration où chaque fonctionnaire recruté et payé sur le budget de l’État travaille effectivement pour l’intérêt public. Mettre à exécution ces deux grandes propositions serait pour Gnamien Konan « la vraie reforme des concours ».

Content created and supplied by: SGB78 (via Opera News )

anne désirée ouloto gnamien konan

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires