Sign in
Download Opera News App

 

 

Zone CEDEAO : Comment mettre fin aux coups d’Etat constitutionnels et militaires ?

Hier, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, a renversé le régime du président Alpha Condé dont le troisième mandat controversé a été écourté. « Le geste que nous posons aujourd’hui n’est pas un coup d’État mais une action inaugurale permettant de créer les conditions d’un État ; plus précisément un État de droit. » a dit l’homme fort de Guinée dans une adresse télévisée. La CEDEAO et l’ensemble de la communauté internationale a condamné à juste titre ce putsch. Comment la CEDEAO peut-elle mettre fin aux coups d’Etat constitutionnels et militaires ? 

Le coup d’Etat militaire dérive du coup d’Etat constitutionnel 

Bien que les condamnations du coup d’Etat en Guinée fusent de partout, il faut relever que la situation sociopolitique demeurait délétère dans le pays suite au troisième mandat d’Alpha Condé. Le Front Nationale de Défense de la Constitution (FNDC), une coalition de partis politiques de l’opposition et des ONG, s’est dressé contre le troisième mandat depuis la volonté d’Alpha Condé de changer la constitution en 2019. Les différentes interpellations des ONG nationales et internationales de promotion de la démocratie, les missions diplomatiques et certains dirigeants africains notamment le président nigérian Muhammadu Buhari n’ont pas réussi à faire changer d’avis Alpha Condé. Cette propension au troisième s’est abattue dans une certaine mesure sur la Côte d’Ivoire et le Togo à la faveur du changement de constitution dans ces pays. « Allez dire ça en Guinée, en Côte d’Ivoire et au Togo où le 3ème mandat a fait des centaines de morts, des détenus politiques et des exilés, sans compter les frontières fermées. Partout c’est le fantôme des dictatures émergentes. » écrivait sur son compte tweeter, Alioune Tine, expert indépendant de l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour le Mali et ancien directeur Afrique d’Amnesty International, le 04 janvier dernier. Une situation que nombre d’observateurs qualifiaient de coups d’Etat constitutionnels. A regarder de près, le coup d’Etat actuel en Guinée semble dérivé du coup d’Etat constitutionnel d’Alpha Condé comme le disait le nouvel homme du pays dans sa première allocution diffusée à la télévision nationale de Guinée. 

Limiter les mandats présidentiels à deux en zone CEDEAO 

Une des manières de résoudre la question en profondeur serait d’œuvrer à la limitation des mandats présidentiels à deux en Afrique de l’ouest. Pour rappel, lors d’un sommet de la CEDEAO, à Accra en mai 2015, le président ghanéen, John Dramani Mahama (2012-2017) avait formulé une proposition à ses pairs pour l’adoption d’une charte limitant les mandats présidentiels à deux (2) dans l’espace CEDEAO. Tous les présidents étaient d’accord à l’exception des présidents gambien, Yahya Jammeh et togolais, Faure Gnassingbé. Malheureusement, à cause de ces deux récalcitrants la charte n’a pu être approuvée. La CEDEAO devrait rouvrir ce dossier et adopter maintenant cette charte limitant en des termes clairs et explicites les mandats présidentiels à deux en Afrique de l’ouest. L’ECOMOG, la force d’intervention de la CEDEAO pourrait être chargée de veiller au strict respect de cette charte. Elle permettrait de mettre fin aux coups d’Etat constitutionnels et troisième mandat devenues une mode ces dernières années. De plus, la démocratie en tirerait un réel bénéfice. Ainsi, les populations ne donneraient plus leur caution à la prise de pouvoir par les armes. Cela mettrait fin aux coups d’Etat militaires. Les présidents Muhammadu Buhari (Nigéria), Mohamed Bazoum (Niger) et Nana Akufo-Addo (du Ghana) devraient prendre le lead de cette initiative. Pour rappel, lors d'une visite au Ghana, le 12 mai 2020, le président nigérian, Muhammadu Buhari avait ouvertement mis en garde ses homologues de la CEDEAO : «… L’option militaire face au refus de l’alternance ne serait plus une idée, mais une règle qui s’imposera à nous tous… Un peuple ne peut se plier aux caprices d’une minorité d’hommes qui foulent aux pieds les bases de la démocratie. Et les regarder faire serait une complicité de notre part…». 



En définitive, la recherche d’une solution durable aux coups d’Etat militaires serait d’endiguer les coups d’Etat constitutionnels. Cela passe par la limitation des mandats présidentiels à deux. La CEDEAO devrait jouer un rôle positif dans ce sens. Il faudrait alors que les dirigeants défendant cette ligne prennent leurs responsabilités.

 

Content created and supplied by: FANGNARIGA (via Opera News )

alpha condé cedeao

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires