Sign in
Download Opera News App

 

 

Le président Bédié fait de grosses victimes au sein du gouvernement ivoirien

Les tenants actuels du pouvoir central d'Abidjan tentent vainement de minimiser l'impact de l'influence avérée du président Henri Konan Bedié sur le V Baoulé. Mais la réalité du terrain est là, attestant que nul ne peut se faire élire dans cette partie de la Côte d'Ivoire s'il n'a la caution ou l'onction de l'ancien Président de la République.

Et les résultats des élections législatives du 6 mars dernier montrent à l'envi et clairement que le leader du Pdci-Rda Henri Konan Bédié reste et demeure le seul maître du jeu politique dans le centre de la Côte d'Ivoire. En effet, sur les huit(8) membres du gouvernement candidats Rhdp qui ont été battus par leurs adversaires lors du scrutin législatif du 6 mars, cinq(5) d'entre eux sont issus du V Baoulé, une zone traditionnellement favorable au vote Pdci-Rda.

Il s'agit des ministres, Jean-Claude Kouassi(Djebonoua), Brice Kouassi (Didievi), Sidi Touré (Beoumi), N'guessan Koffi Lataille (Bocanda ) et Mme Raymonde Goudou Coffie (Toumodi). Tous ces hauts cadres du Pdci-Rda passés au Rhdp au lendemain des brouilles entre Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara ont été sanctionnés dans les urnes par les militants de bases restés fidèles aux idéaux du parti doyen et de son président.

Même en 2010, à Yamoussoukro, lors de la campagne présidentielle, quand le Sphinx de Daoukro plaide auprès des autorités coutumières pour que celles-ci acceptent de baptiser Alassane Dramane Ouattara du fameux nom " ALLAH GNISSAN", c'est tout le V Baoulé qui était en branle. Cela était perçu comme un mot d'ordre de la direction du parti. Lors que le président Bédié a également décidé de debaptiser le chef de l'État, ce fut fait à la lettre. Balayer du revers de la main cette réalité du terrain, c'est faire preuve de mauvaise foi.

Pierre Lemauvais

Content created and supplied by: Pierre_Lemauvais (via Opera News )

alassane ouattara henri konan bédié président bédié rhdp v baoulé

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires