Sign in
Download Opera News App

 

 

Syndicalisme : plus rien ne va à la COSEFCI


Le 27 août dernier, à l'hôtel Assonvon de Yopougon, Kouame Bertoni, porte-parole de la COSEFCI entouré de quelques membres de son bureau, a produit un communiqué pour apporter le soutien de la structure dont il assure le porte-parolat, à Assetou Laurence Kamara, dans la course pour la présidence du conseil d'administration de la MUGEFCI. Et ce, au détriment de Pacôme Attabi, pourtant membre fondateur de ladite structure, qu'il a pris soin d'exclure, trois jours plus tôt pour "agissements et manquements gravissimes" selon les termes de son communiqué diffusé le 24 août sur sa page officielle. Cependant, cette dernière déclaration fait des vagues et est en passe de sonner le glas de cette coalition dont la réputation a déjà été entachée par l'appel inopportun d'aller en grève, lancé en mai dernier, malgré les réserves des autres syndicats membres de cette coalition. L'un d'entre eux vient, d'ailleurs, de prendre le contre pied de son appel à soutenir la candidate du bureau sortant, a travers une déclaration dont les termes sont révélateurs de l'amertume des uns et des autres. Il s'agit de la Coordination Nationale de l'enseignement Technique et de la Formation Professionnelle de CI (CONETFCI) pour qui l'appel de leurs camarades est une initiative personnelle." La décision prise le vendredi 27 Août 2021, par quelques Secrétaires Généraux Nationaux membres de la COSEFCI, à l’hôtel Assanvon de Yopougon au cours d’une conférence de presse, en présence de la candidate KAMARA Assétou Laurence, manque de base légale, de légitimité et constitue en soi une distorsion à la morale. En conséquence, elle n’engage ni la CONEFTP-CI ni la COSEFCI ; le principe du parallélisme des formes commande que l’autorité compétente à prendre une décision est celle qui est compétente pour l’anéantir ou au besoin de l’autorité supérieure. Par conséquent, la COSEF-CI démembrement sectoriel de la CSSP-CI reste liée aux résolutions prises les 17, 18 et 19 Mars à Agboville car, on lie les animaux par leur pattes mais les hommes par leur parole donnée." Une déclaration faite le 29 août qui sonne comme un rappel à l'ordre. Mieux, un désaveu symptomatique d'un réel malaise. La grogne est aussi perceptible chez les militants de base pour qui ce "lâchage" à la veille d'échéances aussi importante est inopportun et frise le règlement de compte. Pacôme Attabi, redoutable challenger d'Assetou Kamara pour cette élection, parle à juste titre de jalousie." Ils estiment que je leur fait écran. Ils ne supportent pas la sollicitude dont je bénéficie de la part des militants, même après leur avoir cédé la tête de la structure." A-t-il révélé au cours interview accordée à OpéraNews.

En clair,plus rien ne va à la COSEFCI,une coalition du secteur éducation-formation qui a pourtant fait ses preuves dans les différentes actions de revendication en faveur de l'enseignant. Et l'irritation des uns et des autres laissent présager d'autres défections.

Emmanuel Fofana

Content created and supplied by: Emmanuelfofana (via Opera News )

kouame bertoni laurence kamara

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires