Sign in
Download Opera News App

 

 

Le blocus renforcé au domicile de Mabri, introuvable depuis 22 jours

Le blocus de la police autour de la résidence d'Albert Toikeusse Mabri à Abidjan, a été renforcé, selon son parti, l'UDPCI.

"Alors que la Communauté internationale appelle aux gestes d’apaisement assortis d’un dialogue franc, constructif et surtout inclusif entre le pouvoir RHDP et toutes les forces politiques en Côte d’Ivoire, le régime d’Abidjan continue son acharnement contre les partis d’opposition et leurs leaders qui refusent de cautionner son passage en force du 31 Octobre 2020", a écrit tôt ce matin du mercredi 25 novembre, Jean Blé Guirao, le secrétaire général de l'UDPCI.

"Seulement quelques jours après l’assouplissement du dispositif des forces de l’ordre autour des résidences des principaux dirigeants de l’opposition, l’Union pour la Démocratie et pour la Paix en Côte d’Ivoire (UDPCI), constate, ces jours ci, avec regret un soudain renforcement du blocus autour de la résidence de son président Dr Albert Mabri Toikeusse Abdallah, Président de la Plateforme Arc en Ciel", a dénoncé Blé Guirao, dans un communiqué publié par la presse.

"En plus des éléments des forces régulières de sécurité en faction, l’on note la présence de plusieurs civils lourdement armés aux abords de ladite résidence", souligne Blé Guirao.

Pour l'ancien patron du CROU-A, limogé après que son parti eut refusé de soutenir la candidature du défunt premier ministre Amadou Gon Coulibaly, cette "situation fait régner une atmosphère de terreur dans tout le voisinage".

"Inquiète pour la sécurité de son leader, de toute sa famille et des militants qui y sont, privés ainsi arbitrairement de tout mouvement, la Direction de l’UDPCI a commis un huissier, Commissaire de Justice et a eu le soutien d’une ONG Internationale de défense des droits de l’Homme qui sont allés faire ce constat de visu", souligne le communiqué.

"L’UDPCI proteste vigoureusement contre ce harcèlement continu et prend à témoin l’opinion nationale et internationale sur les graves menaces que de tels actes d’intimidation font régner sur la cohésion sociale en Côte d’Ivoire", indique Blé Guirao.

Depuis le 3 novembre 2020, date de la déclaration du procureur Adou Richard relative au fait que Mabri Toikeusse était activement recherché par la police, pour son rôle dans la mise sur pied du Conseil national de transition, le patron de l'UDPCI est introuvable.

Content created and supplied by: Ivoir'Soir.net (via Opera News )

mabri rhdp toikeusse mabri

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires