Sign in
Download Opera News App

 

 

Les Parlements et Agora reviennent en force après 10 ans de " prison "

Espaces de libre échange. Lieux de rencontres, de réflexions, de libres pensées et de contradictions par excellence. Les Parlements et Agora sont de retour dans le paysage sociopolitique du pays après la crise postelectorale d'avril 2011 en Côte d'Ivoire.

Considérés à tort ou à raison comme des tribunes proches des anciens dirigeants ivoiriens, certains espaces comme le "Tout puissant Congrès d'Abobo", la "Sorbonne " au Plateau, le plus célèbre du reste, ont été tout simplement rasés par les tenants actuels du régime ivoirien qui reprochaient beaucoup à ces lieux d'échanges, de libres expressions, et dont les animateurs étaient pour la plupart membres de l'ancienne mouvance présidentielle au pouvoir en Côte d'Ivoire.

Après dix ans d'hibernation, les Parlements et Agora semblent avoir retrouvé des couleurs. Et de la voix. En tout cas, depuis la libération du président Laurent Gbagbo et Charles Blé Goude intervenue en février 2019, les animateurs de ces espaces se sont davantage débarrassés de la peur et des menaces qui leur pesaient dessus pour rouvrir leurs coins comme on le dit à Abidjan. Ainsi donc, de Yopougon, Marcory, Koumassi à Port-bouet en passant par les villes de San Pedro, Agboville, Gagnoa, Bonoua et bien d'autres localités du pays, " les Parlementaires " ont retrouvé de la voix.

Depuis quelques semaines, ils planchent sur le retour du président Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goude. Et cela n'est pas fait pour arranger ceux qui ne voulaient plus voir ces espaces qui en avaient rasé une vingtaine pour y construire de grosses bâtisses. Mais rien ne dit qu'avec l'arrivée annoncée du président Laurent Gbagbo, les Parlements et Agora ne vont pas se multiplier davantage à travers le pays pour ainsi barrer le chemin à la violence des armes. Ne dit-on pas que la Parole était au commencement ?

P. L

Content created and supplied by: Pierre_Lemauvais (via Opera News )

laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires