Sign in
Download Opera News App

 

 

Retour de Gbagbo : Les têtes couronnées divisées sur la question de l'accueil de l'ancien président

Photos Archives/ L'ancien président ivoirien rentre dans son pays le 17 juin

La date du 17 juin annoncée comme le jour d'arrivée de l'ancien président ivoirien est irréversible, selon ses partisans. Tous sont unanimes que plus rien ne pourra amener à changer cette date. Mais là où les discussions semblent chaudes, c'est comment va se passer l'accueil de Laurent Gbagbo une fois descendu à l'aéroport. 

En effet, sur ce point, les avis sont partagés. Des personnalités proches du pouvoir craignent fort que l'arrivée de Gbagbo sur la terre ivoirienne suscite des débordements et créée des troubles à l'ordre public. Là-dessus, les experts en la matière, notamment celle de la sécurité sont entrain de prendre des dispositions. 

Chez nos têtes couronnées, garants de la tradition, la question de l'accueil de l'ancien président ivoirien les divise. Dans une sortie fortement critiquée, le président de la Chambre des Rois et chefs traditionnels de Côte d'Ivoire a, en fin de semaine dernière donnée la position de son institution. En effet, pour Nanan Amon Tanoe, les membres de son institution se gardent d'aller accueillir l'ex-prisonnier de la Haye. Cette position n'est pas du goût de tous les chefs traditionnels.

 Par la voix du chef Tohe Blaise, selon lui, 210 chefs traditionnels ne se reconnaissent pas dans la déclaration de Nanan Amon Tanoe. Ils appellent leurs pairs à faire massivement le déplacement sur l'aéroport de Port Bouet le 17 juin prochain : "Laurent Gbagbo est notre frère. Nous sommes les garants des us et coutumes, donc de la tradition. Chez nous, quand quelqu'un sort de prison, on l'accueille avec des cris de joie. J'invite tous les chefs à aller accueillir le père de la démocratie en Côte d'Ivoire, le 17 juin" a prononcé chef Tohe Blaise.

Cette déclaration montre clairement la fracture qui a lieu au sein de la grande chambre. La question de l'accueil du président Gbagbo constitue pour les dissidents, un grand symbole, une nouvelle page de l'histoire qu'ils refusent de rater en boycottant l'événement. D'où cet appel à la mobilisation. 

Ce retour, comme l'ont dit plusieurs analystes politiques risque de changer beaucoup de choses dans le fonctionnement de certaines structures ou institutions républicaines. Attendons tous de voir ce que réserve cette fatidique date.

José TETI

Content created and supplied by: Jose_Teti (via Opera News )

Laurent Gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires