Sign in
Download Opera News App

 

 

A Dubaï, Emmanuel Macron défend son choix de traiter avec les régimes autoritaires du Golfe

Fort de la vente record de 80 Rafale aux Emirats arabes unis, il a répondu aux critiques sur sa tournée dans la péninsule Arabique, notamment sur sa rencontre prévue samedi avec le prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salman.


Le cadre, celui de l’Exposition universelle de Dubaï, aux pavillons plus grandioses les uns que les autres, se prête aux mises en scène. La signature du contrat record de vente de 80 Rafale aux Emirats arabes unis (EAU) s’est pourtant tenue dans une relative discrétion, vendredi 3 décembre au matin. Le président français venait à peine d’atterrir dans la capitale économique des Emirats, première étape d’une visite express de deux jours dans le Golfe.

Quelques photos prises à la volée dans un vaste palais de marbre, pas de conférence de presse commune entre Emmanuel Macron et le prince héritier Mohammed Ben Zayed : après un entretien, les deux hommes et leur délégation ont juste déjeuné ensemble dans un restaurant proche, pour célébrer ce moment à la fois attendu et controversé.

Le contrat, accompagné de la vente de douze hélicoptères Caracal d’Airbus et de différents accords de partenariats économiques, met un terme à des années de négociations entre trois présidents français – Nicolas Sarkozy, François Hollande puis Emmanuel Macron – et leurs homologues émiratis.

Avec cette signature, Dassault Aviation réussit aussi le tour de force d’exporter plus d’appareils dans ses six pays clients qu’il n’en a vendus, à ce stade, aux armées françaises.

Content created and supplied by: Lavoilobscur (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires