Sign in
Download Opera News App

 

 

Guillaume Soro a-t-il perdu le nord ?

En 2002, quand éclate la rébellion ivoirienne, Guillaume Kigbafori Soro apparaît pour ses partisans comme l'espoir d'une Côte d'Ivoire juste et démocratique.

Au nord de notre pays, fief de ce mouvement et région d'origine de l'homme, Soro Guillaume était particulièrement adulé. Son passé de chef de file de la Fesci, puissant mouvement estudiantin, lui donnait une image d'intrépide combattant. Guillaume Soro bénéficiait donc dans la partie septentrionale de notre pays d'un soutien sans faille.

Quand il rompt sa collaboration avec ses anciens alliés du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix et démissionne de la présidence de l'Assemblée Nationale de Côte d'Ivoire, il y est toujours applaudi. On se souvient de sa mémorable tournée dans la région de Dabakala avant son exil. Il y a été accueilli dans la ferveur populaire.

Aujourd'hui, les choses ont bien changé. L'homme vit en exil et a été condamné à perpétuité en Côte d'Ivoire. Plusieurs de ses partisans ont claqué la porte de son mouvement politique. C'est le cas de Soro Kanigui et d'Alphonse Soro. Certains de ses fidèles lieutenants sont toujours en prison. Peut-on dire dans ce cas que Guillaume Soro a perdu le nord ?

C'est possible de le dire parce que l'homme a du mal à mobiliser davantage du fait de sa position d'exilé. Le militantisme de ses partisans est ramolli. La flamme soroïste vacille. Mais c'est sans compter avec la popularité et le charisme de l'homme. Son retour pourrait à nouveau soulever les foules et mettre le nord à ses pieds. Rien n'est donc perdu pour Tiéni Gbanani !

Dan Singault de Blagouin

Content created and supplied by: DanSingault (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires