Sign in
Download Opera News App

 

 

Malgré la déstabilisation de la sous-région par les coups d'État, Ouattara garde son flegme

Après la Guinée et le Mali, le Burkina Faso est aussi retombé dans ses travers avec le récent coup d'État qui a provoqué la chute du président Roch Marc Kaboré. Un constat saute aux yeux, tous les pays frontaliers francophones de la Côte d'Ivoire sont tombés aux mains des militaires. Il faut bien évidemment éviter les comparaisons hasardeuses entre ces pays et la Côte d'Ivoire. Cependant force est constater que les présidents renversés semblaient dépassés par la situation qui prévalait avant leurs chutes. Au contraire de ses anciens homologues, le président Ouattara semble avoir le contrôle de la situation en prennant des décisions fortes face aux nombreux défis auxquels le pays est confronté notamment le terrorisme.

Après l'épisode houleux de la présidentielle d'octobre 2020, où la contestation du "troisième mandat" d'Alassane Ouattara a entraîné une crise sociopolitique en Côte d'Ivoire. Un calme relatif demeure après la "tempête" de la période électorale. Une situation revenue à la normale à mettre au crédit du pouvoir et des partis politiques de l'opposition. Car chaque camp a fait profil bas en acceptant de dialoguer en dépit des désaccords, la preuve que la classe politique a tiré les leçons de la crise post-électorale de 2010.

Le président Ouattara ne s'est pas enfermé dans son palais en refusant de tendre la main à ses adversaires. Une erreur fatale que commette de nombreux chefs d'État adepte du passage en force. Le dialogue demeure toujours entre les adversaires politiques et le régime dans le but de discuter des sujets importants concernant la Côte d'Ivoire.

H.L.V

Content created and supplied by: HenocleVeinard (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires