Sign in
Download Opera News App

 

 

Opinion / Pourquoi la situation au Mali est une honte pour l'Afrique

Quand le Mali vit selon l'humeur des militaires putschistes


Ce à quoi l'on est en train d'assister au Mali ne peut être brandi comme une situation qui fait la fierté de l'Afrique de l'ouest, ni l'Afrique dans sa globalité. Après avoir renversé en août 2020 le régime démocratique du Président Ibrahim Boubacar Keita, IBK, la junte putschiste a tristement récidivé ce lundi 24 mai, soit neuf mois après son premier coup de force ; une situation qui, aux dires de l'homme fort Malien, Assimi Goïta, est consécutive à une affaire de non respect des accords de la transition, et ce après la publication du gouvernement du premier ministre Mocktar Ouane dans lequel ladite junte n'a pu avoir le contrôle de la défense qui apparait comme un point stratégique du contrôle de l'armée. Assimi Goïta a affirmé dans une déclaration ce 25 mai 2021 qu'il plaçait '' hors de leurs prérogatives '' le Président Bah N'Daw et le Premier Ministre Mocktar Ouane,

Où va le Mali avec ces interminables coups de force ?


Avec ce revirement de situation, l'on constate une prise en otage du peuple malien par cette armée qui visiblement lutte le pouvoir exécutif, s'écartant pratiquement de son rôle premier d'assurer la protection, la sécurité des personnes, des biens, des institutions de la République du Mali, la défense de l'intégrité du territoire, etc. En neuf mois, deux coups de forces, cela est pratiquement une honte et humiliation du peuple Malien. Pourquoi ne pas prendre des sanctions ciblées au niveau régional voire continental contre ces auteurs de troubles


Si le peuple malien doit vivre avec la peur des terroristes qui sévissent dans le Sahel et subir encore la loi de leurs compatriotes militaires, cela est comme une double souffrance pour ce peuple.

Notons qu'après le putsch aoyant éjecté IBK, la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest, CEDEAO et d'autres organisations, n'ont pu parvenir à faire respecter l'ordre constitutionnel. Alors dans ce nouveau contexte, la CEDEAO qui a échoué à rétablir IBK, pourra-t-il réussir à à faire plier cette même junte militaire en leur imposant le retour du Président Bah N'Daw ?


As. B

Content created and supplied by: Assibena (via Opera News )

ibk ibrahim boubacar keita mali

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires