Sign in
Download Opera News App

 

 

L'Europe débloque des milliards rien que pour la construction d'un drone Male

Le projet de drone MALE 2020 ou MALE RPAS (Medium Altitude Long Endurance Remotely Piloted Aircraft System) vise à fournir un drone volant à moyenne altitude et de grande autonomie aux armées française, allemande et italienne. Après des années de retard et de discussions houleuses, l'Eurodrone vient de franchir une étape critique dans son développement avec le déblocage de 3 milliards d'euros.

Petite signature, grande étape pour l’Europe de la Défense 

Conceptualisé depuis vingt ans, développé depuis cinq ans et bloqué depuis deux ans, l’Eurodrone vient de connaître une avancée significative avec l’aval du Bundestag. Symbole d’une Europe de la Défense qui réussit, l’Eurodrone va permettre de rattraper des capacités technologiques qui lui ont échappées ces dernières décennies. Face aux industriels américains et israéliens, les européens ont décidé de monter une filière d’avenir sous la tutelle de l’OCCAR (Organisation conjointe de coopération en matière d'armement). Ce gigantesque drone MALE bimoteur d’un poids de 10 tonnes devrait débuter son service actif dès 2027 en Allemagne, et 2028 en France.

La question de l'armement 

Développé par Airbus Defence and Space, Dassault et Leonardo, ce MALE RPAS (Medium Altitude Long Endurance Remotely Piloted Aircraft System) équipera les armées française (12), Italienne (15), Espagnole (15) et Allemande (21). Le coût total du programme de conception, de développement et d’acquisition est désormais proche des 7,1 milliards voulus par les partenaires de ce programme. Rappelons-nous qu’Airbus avait dû revoir sa copie après avoir présenté une offre de 10 milliards d’euros. D’autres interrogations se poseront aussi comme celle de son armement. Si la France, l’Espagne et l’Italie prévoient d’ajouter cette capacité, l’Allemagne sous la pression de son opinion publique se montre réservée sur ce sujet. La question étant de savoir si Berlin acceptera de cofinancer une version qui ne sera pas déployée à court terme au sein de ses forces armées.

La question industrielle fait aussi débat, la chancellerie fédérale demande en effet l’assemblage complet de tous les appareils à Manching quand l’Espagne espère s’occuper du fuselage. La France quant à elle avance ses pions discrètement mais Dassault, Thales et Safran en attendent beaucoup.

Vers une version maritime ?

S’il est pour le moment destiné à l’AAE, l’Eurodrone pourrait évoluer en version de surveillance maritime.

En effet, la Marine Nationale a la charge de surveiller et protéger la deuxième ZEE au monde avec plus de 11 millions de km 2. Renouvelant considérablement ses moyens SURMAR et AVSIMAR, elle disposera d’ici 2024 des premiers Falcon 2000XLS « Albatros » en remplacement des Falcon 50 et 200. Néanmoins, elle chercherait une solution pour compléter ses moyens. Si le drone tactique Patroller peut être envisagé, l’Eurodrone dispose d'une autonomie et d'un plafond (donc une surface de surveillance critique en Océanie) et d'une capacité d'emport (donc de performances de ses capteurs) d'une autre catégorie. Mais le calendrier de livraison estimé à 2028 pourrait donner l’avantage à la firme de Courcouronnes. L’Allemagne pourrait elle aussi se montrer intéressée par un Eurodrone maritime afin de compléter ses « futurs » P-8A Poseidon à basse altitude.

Abonnez-vous et partagez

Content created and supplied by: Nutritionniste (via Opera News )

airbus piloted aircraft system remotely

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires