Sign in
Download Opera News App

 

 

11 avril 2011 : ce qui a fait la différence dans l'arrestation de Laurent Gbagbo

Dix années après, on en sait un peu plus sur les circonstances de la chute du Président Laurent Gbagbo. En effet, au plus fort de la crise post-électorale, nous avons constaté que les forces de défense et de sécurité avait quitté leurs positions avancées, pour Abidjan. Repli stratégique selon une source militaire.

La guerre d'Abidjan

Ce repli stratégique consistait dans le rappel de toutes les forces sur Abidjan, afin d'y concentrer la puissance de feu des FDS. Terminer là où tout en commencé comme en 2002 et en finir pour de bon avec cette rébellion.

Il était évident que les FRCI, ne disposant pas d'armes lourdes, concentreraient la quasi-totalité de leurs effectifs sur la zone d'Abidjan. Ce qui permettrait aux FDS, après la victoire d'Abidjan, de reconquérir tout le pays.

Résidence imprenable ?



Ce lundi 11 avril 2011, les FRCI venaient de lancer leur troisième offensives contre la résidence présidentielle de Cocody, qui s'est soldée encore par un échec.

Selon Gérard Longuet, le ministre de la Défense français, deux blindés, équipés de canons de 20 mm étaient placés dans la résidence. Profitant d'une brèche ouverte par l'armée française dans le mur de la résidence, le ministre français révèle ceci: «Sur les sept premiers pick-up des FRCI qui sont rentrés dans la résidence par la brèche ouverte, cinq ont été entièrement détruits par les tirs de ces canons de 20 mm.» Confie-t-il au journal Libération.

C'est après cet échec, toujours selon lui, que les MI-24 de l'ONUCI et les hélicoptères Gazelle de l'armée française vont frapper les cibles à l'intérieur de la résidence. Qu'ensuite une colonne de vingt blindés, soit 200 hommes, est remontée depuis la base de Licorne pour ceinturer Cocody.

Selon Libération "une fois en place, les officiers de liaison français n’ont plus qu’à donner le feu vert aux hommes de Ouattara."

Certes, l'ancien président Laurent Gbagbo a toujours soutenu que c'est la France qui lui a fait la guerre.

Rappelons toutefois, que la crise post-electorale a fait officiellement 3000 morts. Quelle aurait été l'issue de cette crise sans cette intervention française? Quel chemin aurait pris le pays aujourd'hui ? Nul ne saurait le dire.

Képhren

Source: Liberation.fr

Content created and supplied by: Képhren (via Opera News )

abidjan laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires