Sign in
Download Opera News App

 

 

Procès de Guillaume Soro le 19 Mai : ces surprises qui attendent les Ivoiriens et les partisans du RHDP

Guillaume Soro et plusieurs de ses proches sont convoqués pour le 19 Mai prochain devant le tribunal criminel pour répondre d'actes de troubles à l’ordre public et de déstabilisation qui leur sont reprochés par la justice Ivoirienne. 

Si aucune décision susceptible s’inquiéter l'ancien premier ministre, est attendue à l'issue de ce procès, des surprises de taille pourraient tout de même en résulter. 5 mois après la fin de la crise électorale du 3ème mandat, Alassane Ouattara se retrouve dans une posture particulièrement délicate. 

Contraint de calmer le jeu sur le plan politique pour envoyer des signaux positifs à la communauté internationale, le dirigeant Ivoirien multiplie les gestes d'apaisement à l'endroit de ses opposants. Le 07 Avril dernier, il s’engageait à faciliter le retour de son prédécesseur, Laurent Gbagbo, définitivement acquitté par la CPI ; depuis ce 28 Avril, l'on assiste à une vague de libérations des militants de l’opposition, emprisonnés dans le cadre de la désobéissance civile, et ce Vendredi 30 Avril, des lieutenants de l’ancien régime parmi lesquels Justin Kone Katina, Damana Adia Pickass et la sœur cadette de l'ex chef d’état, Koudou Jeannette, sont rentrés de leur exil Ghanéen. 

Alors que les regards sont fixés vers la Côte d’ivoire, et que la communauté internationale, au premier rang de laquelle la France, espère des avancées concrètes dans le sens de la réconciliation nationale, il paraît difficile d’imaginer le numéro 1 Ivoirien encourager des actes ou des décisions, de nature à pourrir l’atmosphère politique. Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, également condamnés à 20 ans de prison, étant autorisés à rentrer, maintenir Guillaume Soro en exil par des décisions judiciaires remises en cause par la Cour Africaine de justice, serait une erreur évidente pour le régime Ouattara. 


La dynamique de restauration de son image serait alors entièrement compromise. Autre signe tangible qui pourrait militer en faveur de Guillaume Soro, la volonté déclarée du président Ivoirien de se rapprocher de son ex allié du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié, jugé très proche du leader de GPS. Recevant les populations de la région de la Mé et du sud-Comoe ce Jeudi 29 Avril, Alassane Ouattara révélait avoir mis son premier ministre, Patrick Achi, en mission pour ramener le PDCI-RDA au RHDP. 

L'on voit mal comment le doyen de la politique Ivoirienne pourrait céder aux tentatives de séduction du camp présidentiel, lui qui au lendemain de la crise électorale en Novembre 2020, avait fait du retour des exilés politiques et de la levée des poursuites judiciaires, des préalables avant toute négociation. 

S'achemine-t-on vers une relaxation pure et simple de l'ex PAN et de ses proches ? L’hypothèse n’est pas écarté même dans le camp Soro. Pour l'un des plus proches conseillers de l'ex PAN, Mamadou Traoré qui nous partageait son avis sur la question, ‘’ C'est possible que cela débouche sur un acquittement. Mon petit doigt me dit qu'après toutes ces procédures, ils vont laisser tomber’’. D'ailleurs, s'avance-t-il, ‘’S'il va à la décrispation avec tout le monde, il ne peut pas omettre Guillaume Soro’’. 


Le procès du 19 Mai se présente comme une équation aux multiples inconnues dont l’issue pourrait surprendre plus d'un, notamment les militants du RHDP.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

alassane ouattara guillaume soro rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires