Sign in
Download Opera News App

 

 

Un pro-Soro Accuse : "'c'est parce que nous menaçons nos présidents qu'ils veulent mourir au pouvoir"

À l'époque, on pouvait comprendre, et même l'accepter. Mais plus maintenant. Des présidents ne peuvent accéder à la magistrature suprême et y vouloir rester jusqu'à leur mort. D'ailleurs, il existe des mandats présidentiels auxquels tout président à le droit de se fier. 


Un exemple : l'ancien président sud-africain Jacob Zuma a passé sa première nuit en prison. Pourquoi ? C'est bien évidemment à cause du pouvoir. Cela dit, tout comme ce président, d'autres présidents africains ne passeront pas les mailles de la justice de leur pays après leur gouvernance. 


En attendant, rappelons ce qui pousse certains chefs d’Etat africains à vouloir des présidences à vie. Eh oui, il y en a eu. Et il y en a toujours.


Pour cela, Mamadou Traoré, Conseiller Spécial de Guillaume Kigbafori Soro, l'ancien président de l'Assemblée nationale de Côte d’Ivoire parle de ce phénomène ce vendredi 09 juillet 2021 via son compte Facebook. 


En effet, pour lui, tant que nous menacerons nos gouvernants de les traduire en justice et d'arracher tous leurs biens acquis pendant leur gouvernance, nous fabriquerons des gouvernants à vie, des rois qui ne quitteront le pouvoir que lorsque Dieu aura décidé de leur arracher le souffle de vie.


Pour dire, les présidents qui ont des reproches à se faire sur la question de la gestion de leur pouvoir ne quitteront point le pouvoir et penseront à modifier la constitution juste pour y rester et mourir au pouvoir. De peur de finir au bas de l'échelle. 


Alors, pour mettre un terme à tous ces coups louches de certains dirigeants africains, "nous devrons éviter de menacer nos gouvernants de poursuites judiciaires après leur mandat. Nous devrons les rassurer de ce qu'après la présidence de la République, il y a une vie." A recommandé ce proche de Guillaume Soro. 

D.Tahé

Content created and supplied by: David225 (via Opera News )

jacob zuma mamadou traoré

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires