Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d’Ivoire : difficile chemin de reconfiguration de la scène politique

Le débat politique s’anime de plus en plus en Côte d’Ivoire. Dans l’actuelle configuration tripolaire avec le RHDP du Président Alassane OUATTARA, du PDCI-RDA du Président Henri Konan Bédié et le prochain parti du Président Laurent Gbagbo, plusieurs sujets sont en effet abordés aussi bien par les partisans, par les militants de ces chapelles politiques que par des observateurs indépendants. 

Les contenus de ces différentes interventions sont si variés, si divergents qu’ils finiront par donner raison à l’artiste qui a dit, il y a quelques années, que les politiciens « nous mènent souvent en bateau, vers des destinations qu’on ignore ».

Sur la question de la limitation de l’âge des candidats à l’élection présidentielle à 75 ans, des journalistes ou des militants de partis et non des moindres, mettent les pieds dans le plat, comme Monsieur Jean-Louis Billon qui estime d’ailleurs que, «en 2025, c’est une nouvelle génération qui va arriver », sachant que par cette déclaration, son chef de parti, le PDCI-RDA, le Président Henri Konan Bédié est aussi dans la ligne de mire de cette limitation d’âge.

L’honneur revient donc à Monsieur Jean-Louis Billon d’assumer sa position comme il en est d’ailleurs des sympathisants du Président Laurent qui sont, à y voir de près, engagés à soutenir sa candidature pour les élections de 2025 s’il venait à la manifester. Monsieur Danon Djédjé le dit si bien dans l’interview accordée à Fraternité Matin hier mardi 21 septembre 2021 quand il dit : « Nous autres, nous l’accompagnerons (le Président Laurent Gbagbo, ndlr) dans ses choix. »

D’autres leaders en revanche sembleraient esquiver la question, avec des réponses dont les vérités sont enrobées dans des proverbes dont eux seuls détiennent souvent les interprétations. 

Des positions qui certainement vont nous conduire directement à des débats qui rappellent le souvenir du « ET » ou « OU » du référendum constitutionnel de l’année 2000.

A côté de ces trois grands pôles, il faut ajouter l’ensemble des petits partis éparpillés dans la Gauche et les velléités de création d’autres partis, ces partis dont certains traînent les pas pour s’inscrire dans « la vision de Gbagbo. » Un quatrième axe ? Option improbable parce qu’il leur sera difficile d’engager un « combat » frontal avec les trois premiers pôles. A moins qu’ils se préparent déjà au retrait de ces trois grands hommes.

Un autre débat majeur a lieu dans la Gauche ivoirienne, notamment autour de la création d’un nouveau parti par le Président Laurent Gbagbo. Sur ce sujet, la question du « ralliement à cette idée» fait ici aussi débat. 

En effet, pour certains sympathisants de cette tendance, les réponses que devraient donner les autres organisations, qu’elles soient politiques ou pas à ce projet, devraient être « oui » ou « non », sinon le reste serait considéré comme de la « trahison », un peu comme ce dont les partisans de cette position « radicale » sembleraient accuser M. Charles Blé Goudé, leader du COJEP.

Sur cette même question aussi, la place de Madame Simone Ehivet Gbagbo est une préoccupation de grande importance. Comme le témoigne les unes de la veille de deux journaux qui parlent différemment du même sujet. 

En effet, le journal gouvernemental Fraternité Matin rapporte en plus de sa une, les propos de Monsieur Sébastien Danon Djédjé qui soutient dans la même interview que nous avons citée que « Simone Gbagbo est favorable à la création de ce parti ». 

Ivoir’Hebdo quant à lui, dans son édition de cette semaine, note sur cette même question de la place de Simone Ehivet dans le nouveau parti du Président Gbagbo, que « la page de Simone est définitivement tournée ».

Deux affirmations d’organes de presse qui en ajoutent au manque de décision fixe que doit se faire le peuple de Côte d’Ivoire sur chaque leader politique en rapport avec les brûlantes questions de l’actualité politique.

Plusieurs tambours donnent ainsi chacun sa mélodie dissonante dans un même concert, à tel point que les spectateurs ne savent plus qui regarder danser ou comment certains parmi eux qui voudraient danser doivent tenir les pas.

Avec toutes ces choses, sommes-nous de plain-pied dans dans l'incertitude ou dans des débuts de vérités de reconfiguration de la scène politique ? On y perd le latin.

On annonce heureusement plusieurs activités politiques dont le congrès constitutif du nouveau parti du Président Laurent Gbagbo qui se tiendra dans la deuxième semaine du mois d’octobre, selon Sébastien Dano Djédjé dans son interview à Fraternité Matin.

Ces rendez-vous sont très attendus, ils permettront de résoudre les premières inconnues de cette équation de la reconfiguration de la scène politique ivoirienne.

Attendons pour voir.


Ouraga Dali Constant

Content created and supplied by: OuragaDConstant (via Opera News )

alassane ouattara henri konan bédié ivoire laurent gbagbo rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires