Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire : le pays aux mille paradoxes

<<Politique de Côte d'Ivoire ! Si on t'explique que tu dis que tu as compris, c'est que tu n'as rien compris >>, disait un humoriste . Eh bien ! La société ivoirienne semble à l'image de ses réalités politiques . Je vous invite à visiter mon beau pays, la Côte d'Ivoire, pays de l'Afrique de l'ouest, d'une superficie de de 322 462 Km2. Vous y découvrerez des phénomènes bien étranges!

1. Le peuple et l'opposition

Chez nous, lorsque les populations manifestent en faveur du pouvoir en place, elles sont appelées affectueusement <<Le peuple de Côte d'Ivoire >>. Mais lorsque les mêmes populations manifestent contre le régime du moment, elles sont appelées péjorativement <<L'opposition >>. Cela, même si aucun parti de l'opposition n'a appelé à manifester. Ainsi, on peut être du peuple aujourd'hui et passer dans l'opposition demain en fonction de notre posture à l'égard du pouvoir. Ce n'est pas tout !

2. Les syndicats-Etat

Vous êtes toujours en Côte d'Ivoire! Ici, les syndicats de transporteurs ne sont eux-mêmes pas du milieu. Chaque membre du syndicat vous dira <<Je suis un syndicat >>. Et ces syndicats , imposent à leurs membres, qui ne se connaissent souvent pas en tant que tels, des taxes (cotisations ou droits de terre, de chargement... ) comme l'Etat. Et même plus que l'Etat, en ceci que leurs taxes sont plus élevées. Et vous qui croyez que l'Etat avait le monopole de l'imposition...

3. Les syndicats-bourreaux

La visite n'est pas encore terminée. Arpentons un temps soit peu les routes du districts d'Abidjan, la capitale économique. Vous voilà témoins d'une scène incroyable ! Voyez-vous ces jeunes à l'allure bizarre? On les appelle les <<gnambros>>. Ils sont aussi <<des syndicats >> de transporteurs. Ils font payer à l' apprenti de chaque <<gbaka>> (minicar) un montant arbitrairement proportionnel au nombre de passagers. Et cela, à chaque chargement et à tous les endroits où ils se trouvent. Le problème c'est qu'il sont omniprésents. Si l'Etat adoptait un tel système d'imposition, nous serions à notre dixième pont ! Pourquoi le font-ils sans être inquiéter ? Ben parce que non seulement c'est leur territoire (Ne me demandez pas qui le leur a concéder). Mais surtout, ce sont eux qui vont chercher les passagers chez eux, depuis leurs maisons. Je me joue de vous; ils ne font rien du tout ! Ils luttent contre les chauffeurs au lieu de lutter pour eux.

4. Les protecteurs-ennemis

Vous n'êtes pas au bout de vos surprises...

Faisons un tour à l'université. Ici, une association bien connue lutte pour les intérêts matériels et moraux des étudiants. Chouette n'est-ce pas ? Mais ce qui est bizarre, c'est que les pauvres étudiants qui se retrouvent à faire quelques petites activités commerciales pour payer leurs études à cause de la pauvreté de leurs parents et en attendant l'émergence, doivent leur payer des taxes hebdomadaires élevées. Conséquence, la vie est plus chère au campus qu'en dehors. Ce n'est pas tout. Ils assurent également la sécurité des étudiants. Mais paradoxalement, c'est d'eux-mêmes que les étudiants ont le plus peur. Vous avez parlé d'intérêts des étudiants ? Sortons vite au risque d'entendre des coups de sifflets qui ne présagent rien de rassurant.

5. Les caniveaux-poubelles

Après l'université, nous sommes maintenant dans la commune d'Abobo. Ici comme ailleurs, nous n'avons pas besoin de poubelles dans les rues. Le gouvernement ne l'ayant pas compris, avait fait installer des poubelles un peu partout. Mais on les a voler pour les mettre dans nos maisons. C'est plus utiles là-bas. Pour les ordures, on a les caniveaux. C'est génial non ?

6. Les motos-piétons

Normalement, lorsque le feu tricolore est vert, les véhicules circulent et les piétons attendent. Inversement. Mais ici à Babi, que le feu soit vert ou rouge, les motocyclistes ne se sentent pas concernés. Quand c'est comme ça, le bon Ivoirien s'interroge ainsi : ou bien moto là, c'est pas véhicule aussi ? Ahiii !

Vous êtes déjà fatigués ? Ce n'est pas encore fini pourtant. Ou bien vous avez des paradoxes à partagez, vous aussi ?

À vos touches alors !

Content created and supplied by: Le_Littéraire (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires