Sign in
Download Opera News App

 

 

En marge des 20 ans de l’UDPCI, l'un des plus grands complots contre Guéï Robert refait surface

A l’heure où l’Union pour la Démocratie et la Paix en Côte d’Ivoire (UDPCI) commémore ses 20 années d’existence, Mamadou Traoré, conseiller spécial du président-fondateur de Générations et Peuples Solidaires (GPS) en exil, Guillaume Soro, a choisi de lever le doute sur les circonstances du complot du cheval blanc.

 

Dans la nuit du 18 au 19 Septembre 2000, la résidence de feu le Général Robert Guéï, alors chef de l’état Ivoirien, est prise pour cible par un groupe de soldats. L’attaque tourne au fiasco. Dès le lendemain, les spéculations enflent autour des contours de cette attaque dans laquelle certains veulent voir un coup monté du chef de la junte militaire pour mettre le grappin sur des éléments de sa garde rapprochée et d’autres soldats, qu’il avait dans son viseur.

 

Pour justifier la thèse de la tentative de putsch à laquelle il croit, ce proche de Guillaume Soro ramène ses lecteurs aux pages 25, 26 et 27 du livre de journaliste Joachim Beugré, qui en donne sa version des faits : ‘’ Septembre 2000. Après dix mois de gestion chaotique de la transition militaire, la décision du Général Robert Guei est arrêtée. Il sera candidat à la présidentielle du 22 Octobre 2000.

 

Et comme, aucune formation politique de poids n'accepte de lui accorder son in investiture, le chef du Conseil National de Salut Public (CNSP) crée son propre label. Il le baptise "le candidat du peuple ".

Les jeunes militaires qui l'ont porté au pouvoir le 24 Décembre 1999 après avoir renversé le président Henri Konan Bédié, crient à la trahison de leur chef et, ils ont du mal à contenir leur colère...

Face à ce qu'ils qualifient de trahison de leur chef,Diomandé Souleymane alias la Grenade, Koné Gaoussou alias Jah Gao, Tuo Fozié, Chérif Ousmane alias Guépard, Coulibaly Ousmane alias Ben Laden, Diarrassouba Oumar alias Zaga Zaga ,Ouattara Issiaka alias Wattao et plusieurs acteurs du coup d'État de Décembre 1999,décident de renverser le patron du CNSP.

Dès la première semaine de Septembre, ils débutent les préparatifs de leurs actions militaires. Les réunions se tiennent chez Koné Gaoussou alias Jah Gao dans le quartier Adjamé-Bracodi dans la commune d'Adjamé à Abidjan...

Dans la nuit du 19 au 19 Septembre, le groupe de Diomandé Souleymane alias la Grenade passe à l'offensive. Ils pilonnent à l'arme lourde la résidence du Général président Robert Guei.

Le cheval blanc du Général y perd la vie.

Peu avant l'attaque, le maître des lieux se met à l'abri dans un camp de gendarmerie à Abidjan.

La réaction des éléments du chef militaire déjà averti est forte et fulgurante.

Avant le petit matin du 19 Septembre, les assaillants sont mis en déroute par la brigade rouge du lieutenant Boka Yapi (l'homme fort de la garde du chef de la junte militaire au pouvoir) appuyé par des éléments du capitaine Jean Hubert Ouassenan de service ce jour-là.

Le ratissage permet de mettre la main sur une trentaine de mutins dont Diomandé Souleymane (La Grenade), Aboudramani Ouattara (L'enfant de Kong),Ouattara Issiaka (Wattao),Chérif Ousmane, Diarrassouba Oumar (Zaga Zaga) et Touré Issa.

Les autres membres de l'expédition de la nuit du 18 au 19 Septembre se disséminent et se terrent dans différents quartiers de la ville d'Abidjan.

Coulibaly Ousmane alias Ben Laden et Koné Moussa alias Le Barbu, deux des assaillants réussissent quant à eux, à s'échapper et à se réfugier au Burkina Faso.

Là, ils retrouvent Ibrahim Coulibaly alias IB, leur ancien compagnon du coup d'Etat de Décembre 1999...’’.

Deux ans plus tard, ‘’ces mêmes soldats’’ selon Mamadou Traoré, revenaient à la charge à la même date du 18 au 19 Septembre 2002 pour mener une action insurrectionnelle contre le régime de Laurent Gbagbo qui se mua en rébellion armée.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

guillaume soro guéï robert ivoire udpci joachim beugré mamadou traoré

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires