Sign in
Download Opera News App

 

 

Question d'opinion : la CEDEAO est-elle une organisation inutile ?

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) (en anglais ECOWAS), est une organisation intergouvernementale ouest-africaine créée le 28 mai 1975. Le but de la CEDEAO à sa création était de promouvoir la coopération et l'intégration avec l'objectif de créer une union économique et monétaire ouest-africaine.

De ce fait, le rôle de départ de la CEDEAO était purement économique, mais la CEDEAO s'est assez vite intéressée au maintien de la paix car pour qu'il y ait une union, la paix reste la condition essentielle.


Au vu des fréquentes crises et guerres civiles dans plusieurs pays, l'aspect sécuritaire de la CEDEAO a été appliqué en 1990 lors de la Conférence des chefs d'États, il a donc été décidé de mettre en place un groupe surveillant l'application d'un cessez-le-feu, le maintien de la paix, l’intervention humanitaire, le déploiement préventif, la construction de la paix, le désarmement et la démobilisation appelé "Economic Community of West African States Cease-fire Monitoring Group" (ECOMOG), qui est intervenu notamment dans les guerres civiles du Liberia, de Sierra Leone et de Guinée-Bissau.

La question qui se pose est la suivante, à quelle condition la CEDEAO peut elle utiliser son bras armé, l'ECOMOG?


Mais pourquoi la CEDEAO n'agit jamais lorsqu'il survient des problèmes au sein d'un pays, lorsque par exemple il y a un soulèvement populaire comme ce fut le cas récemment au Mali, au Sénégal et en Guinée ?

En 1979, la CEDEAO adopte des articles, appelés le protocole de non-agression qui vont limiter sa capacité à intervenir au sein des états membres en fonction. Ainsi, concernant son intervention dans un pays, la CEDEAO ne peut que soumettre une proposition d'intervention qui peut-être refusée comme ce fut le cas en décembre 2009 en Guinée.


Mais la CEDEAO, quand elle constate un manquement d'un état membre, par exemple une répression du peuple ou la violation de la constitution, peut-elle pas directement intervenir ?


Là encore, la CEDEAO est limitée par la charte des Nations Unies. En effet, le Chapitre VIII de la Charte des Nations Unies fournit la base constitutionnelle pour la participation des organisations régionales au maintien de la paix et de la sécurité internationales dont le Conseil de sécurité porte la principale responsabilité. L' article 52 prévoit la participation d'accords ou d'organismes régionaux dans le règlement pacifique des différends; l'Article 53 permet à ces accords de prendre des mesures coercitives, mais seulement avec l'autorisation explicite du Conseil de sécurité.


Ainsi même si en vertu de l'article 52 de la charte de l'ONU, la CEDEAO peut intervenir de façon pacifique dans un litige, elle ne peut exercer la force si ce n'est avec l'autorisation explicite du conseil de sécurité. C'est aussi le cas pour toutes autres organisations régionales, comme l'union européenne.


La CEDEAO ne peut donc intervenir que sous mandat de l'ONU comme ce fut le cas en janvier 2017, ou la CEDEAO s'est engagée dans la médiation de la crise gambienne survenue à la suite de l'élection présidentielle de décembre 2016 et au refus de Yahya Jammeh de quitter le pouvoir au profit d' Adama Barrow donné vainqueur.

Par contre, au Sénégal, au Mali et en Guinée Conakry la CEDEAO ne pouvait qu'envoyer un comité pour un réglement pacifique des différents soulèvement du peuple.


La sanction première de la CEDEAO reste la suspension du pays de l'ensemble de ses travaux comme ce fut le cas en 2010 quand la côte d'ivoire fut suspendue et la Mali et la Guinée en 2021.


Alors, peut-on blâmer la CEDEAO de ne jamais s'opposer à certains chefs d'états lorsque ceux-ci commettent des actions qui violent la souveraineté du peuple?

En dépit de tous les préjugés que l'on peut avoir, reconnaissons que la CEDEAO fait un excellent travail tant pour les états membres que pour l'économie de la sous région en dépit des difficultés économiques dû au faible PIB de nombre de ses pays membres sans oublier que la plupart des pays membres ne paient pas leurs contributions financières, car sur les 15 Etats membres, seuls 5 pays sont à jour de leur cotisation


Source: la charte des nations unies, site officiel de la CEDEAO, Google, opinion personnelle.

Content created and supplied by: Master1Gam (via Opera News )

cedeao mali

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires