Sign in
Download Opera News App

 

 

Député, Sénateur, Conseil Régional, Municipal : et si on limitait le nombre de leurs mandats ?

En Côte d'Ivoire, la constitution consacre le mandat électif du Président de la République (PR), du Député, d Conseil Régional, Conseil Municipal et du Sénateur à Cinq (5), ans.

Elle établit aussi que pour ce qui est du Président de la République, le mandat de Cinq (5), n'est renouvelable qu'une seule fois.

Ce qui veut dire.que quelqu'un Président élu pour un premier mandat de Cinq (5), a la possibilité de solliciter le suffrage des ivoiriens une seule seconde fois après son premier mandat.

Ce qui revient à dire, qu'après Dix (10), ans, c'est-à-dire deux mandats de (5), ans, il doit céder le fauteuil à d'autres compétences pour diriger le pays.

Contrairement à cette disposition de la loi fondamentale sur le Président de la République, les députés, les Sénateurs, les Conseils Régionaux, dirigés par des Présidents, les Conseillers Municipaux, dirigés par les maires échappent à cette loi.

Ceux-là peuvent se présenter autant de fois qu'ils veulent et autant de fois ils peuvent rester à leurs postes.

Ainsi existe-t-il au sein du parlement ivoirien des députés qui y sont depuis des décennies. Il est de même pour des maire ou conseillers régionaux et municipaux.qui sont à la tête de ces collectivités décentralisées depuis plusieurs mandats.

Cela fait obstacle à l'émergence de nouvelles compétences qui pourraient contribuer à amener de nouvelles idées et d'intelligence au service du peuple ivoirien.

Dans un premier temps, il aurait été bien que les dirigeants songent à prendre une mesure de limitation des mandats des élus de l'Assemblée Nationale, (députés et Sénateurs), auxquels il est octroyés des indemnités après deux mandats à l'hémicycle, même s'ils ne sont plus élus.

L'appel à de nouvelles compétences après ce nombre de mandats ouvrirait la voie de la chance à d'autres ivoiriens, qui apporteraient du sang nouveau et des idées nouvelles.

Quant aux Présidents des Conseils Régionaux et les Maires, qui ne bénéficient d'aucun intéressement après un certain mandats à la tête des leurs structures respectives, des réflexions devaient être menées dans ce sens pour remédier à cela afin qu'ils soient bénéficiaires de pensions à leurs tours.

Cela aura pour avantages de diminuer la division, faciliter le passage du flambeau, favoriser l'alternance et pourrait être une arme de cohésion au sein des partis politiques entre les responsables et cadres de certaines localités su pays.

Bassira.

Content created and supplied by: Bassira (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires