Sign in
Download Opera News App

 

 

Réconciliation nationale : Gbagbo en route, Ouattara va t-il lancer un dialogue direct ?

Le RHDP, le PDCI, le FPI tendance Affi N’Guessan, le FPI version Assoa Adou, GPS, EDS, l’UDPCI, le COJEP, l’URD, LIDER tous, dans leurs discours parlent de réconciliation nationale.

Le 14 décembre 2020, lors de sa prestation de serment, le président Alassane Ouattara a annoncé la création d’un ministère de la Réconciliation nationale. « Afin de consolider davantage la cohésion nationale, j’envisage de créer un Ministère en charge de la Réconciliation Nationale dans les prochains jours. Ce département ministériel aura pour mission de faire une évaluation de nos actions, avec pour objectif le renforcement de la cohésion nationale et de la réconciliation des filles et des fils de notre chère Côte d’Ivoire », a t-il indiqué. Cette annonce s’est matérialisée avec la nomination de Kouadio Konan Bertin, à la tête du ministère de la réconciliation nationale.

« Notre pays, il beau quand il est uni, je pense et je dis aux ivoiriens un peuple uni, rien ne peut lui résister, il y a un temps pour faire la bataille, il y a un temps pour faire la paix, oui j’ai rencontré le président de la République, il y a 48 heures, j’ai trouvé un président dans une dynamique de paix, de réconciliation, dans ses conditions, nous devons mobiliser toutes nos énergies autour de lui pour l’accompagner dans cette dynamique », avait déclaré le ministre Kouadio Konan Bertin à sa sortie d’audience avec le président de l’Assemblée nationale, le 16 décembre 2021. Quelques mois après, la Cour pénale internationale a acquitté l’ex-président Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Dans cette foulée, le président Alassane Ouattara a donné son feu-vert pour le retour des deux ex-détenus de la CPI.

Les partisans de Laurent Gbagbo s’affairent à l’organisation depuis du retour de leur mentor. Du coté de la justice, Soro Guillaume et certains partisans sont à barre depuis le 19 mai 2021. Ils sont accusés de complot et tentative d’atteinte à l’autorité de l’Etat. Aucun retour de l’ex-président de l’Assemblée nationale n’est à l’ordre du jour comme pour Laurent Gbagbo. La réconciliation entre les acteurs ivoiriens pourra t-elle se faire sans Soro Guillaume? L’ex-leader de la Fesci a joué un très grand rôle dans la crise postélectorale de 2010. Le ministre de la réconciliation Kouadio Konan Bertin a indiqué que le chef d’Etat était dans une dynamique de paix. Alors pourquoi qu’il ne poserait un acte d’apaisement à l’endroit de Soro Guillaume? Le ministère de la réconciliation nationale Kouadio Konan Bertin a t-il entrepris des démarches pour le retour de Soro Guillaume?

Faut-il nier la part de responsabilité de Soro Guillaume dans le processus de réconciliation nationale? En créant, un ministère de la réconciliation nationale, le président Alassane Ouattara reconnait ainsi que la réconciliation entre les ivoiriens n’est pas véritable. La bonne disposition du numéro UN ivoirien doit permettre de réunir sur une même table Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara, Soro Guillaume. Hier, en 2007 le dialogue direct initié par Laurent Gbagbo avait permis la création d’un Cadre permanent de dialogue (CPD) et qui avait débouché sur un apaisement du climat politique . Ce cadre de dialogue était composé de Laurent Gbagbo, Guillaume Soro, Alassane Ouattara. Pourquoi pas à nouveau un cadre permanent de dialogue ou un dialogue direct entre les principaux acteurs, pour régler définitivement tous les passifs des crises ivoiriennes. Un dialogue direct entre les acteurs politiques pourrait permettre le retrait définitif des trois grands de la politique ivoirienne.

 NK     

Content created and supplied by: N'DRI (via Opera News )

alassane ouattara rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires