Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire: Que peut désormais apporter Laurent Gbagbo à la vie sociopolitique?

Maintenant qu’il parle depuis son retour de sa prison, les ivoiriens attendent le président Gbagbo sur les réels problèmes du pays. Il a enfin éclairé les gens sur sa vie privée, c’est bien, mais jusque-là, il ne donne pas les raisons de l’absence de Blé Goudé qui a passé une grande partie de sa jeunesse à ses côtés, en prison.

Les ivoiriens et le monde entier ont été nourris de sa version de sa reconnaissance sur les services que Nady Bamba lui a rendus en prison, l’opposition ivoirienne n’existe pas et les problèmes demeurent, l’économie, la formation, l’éducation, la santé, et bien d’autres sujets sur lesquels les ivoiriens voudraient avoir son point de vue.

Il est allé se purifier à l’église catholique, en prenant son chapelet pour réciter son rosaire, mais qu’il dise aux ivoiriens pourquoi Blé Goudé est resté là-bas et qu’est-ce qu’il se passe entre les deux, même si sur la question, Blé Goudé le soutient et l’a félicité pour son retour.

Le nom de Blé Goudé n’est jamais sorti de la bouche du président Gbagbo depuis son arrivée, si c’est fait exprès ou s’il y a un problème, qu’il nous le dise.

Depuis plus de dix ans, la vie a évolué en Côte d’Ivoire et beaucoup reste à faire et l’opposition ivoirienne, s’est muée dans un silence qui lui semble soutenir le pouvoir. Elle est laxiste, nonchalante, comprise dans bien de sujets et la vie est bloquée. C’est lui que les ivoiriens attendent pour donner un coup de fouet à cette opposition. A vouloir trop se justifier, pendant que Simone ne dit rien ou peu sur ce divorce qui emballe le monde, il se crée plus d’ennemis surtout dans le camp des femmes qui se sentent meurtries et tristes, pourtant elles constituent un pan important dans sa politique.

En dix ans, les ivoiriens ont eu une nouvelle mentalité et il y a beaucoup de choses qui sont faites et beaucoup reste à faire, qu’il pleure ses morts et qu’il dise aux ivoiriens sa place dans l’opposition. La réconciliation et la paix constituent l’épine dorsale et à cette équation, KKB seul ne peut rien résoudre. Consent-il ou partage-t-il la création d’un poste de ministre dédié à la réconciliation nationale ? Le président Ouattara vient de nommer des ministres-gouverneurs, qu’est-ce qu’il en pense ? Il y a tellement de sujets sur lesquels, quand il aura fini ses pleurs, qu’il donne sa position.

A travers les actes, on le voit s’ouvrir au PDCI RDA du président Henri Konan Bédié, est-ce une vraie alliance, ou juste pour apprécier le fait que ce dernier se fait représenter à ses visites qui renouent avec l’histoire ?

Les affaires de la république ne se limitent pas à la ceinture. On le sait bouillant et téméraire. S’il a résisté au puissant Houphouët Boigny, ce n’est pas logiquement M. Ouattara qui lui fera peur, donc, qu’on lui donne les informations sociopolitiques du pays et qu’il porte son manteau de baroudeur, d’opposant.

Il faut que la Côte d'Ivoire sorte aussi des règlements de compte qui peuvent avoir des conséquences graves pour fixer le cap sur l’avenir. Il est arrivé, c’est salutaire, qu’il réponde aux préoccupations dont on vient de lui faire part. Il redoublera encore son estime à l’égard de ceux ou de celles qui semblent un peu déçus de son divorce.

                                                               Joël ETTIEN

Content created and supplied by: BusinessActuality (via Opera News )

côte d'ivoire laurent gbagbo nady bamba

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires