Sign in
Download Opera News App

 

 

Au siège du FPI, Laurent Gbagbo définit ses deux priorités avant la reprise du combat politique

L'ex-président Laurent Gbagbo, fondateur du Front populaire ivoirien (FPI) a prononcé son premier discours au quartier général de son parti, le jeudi 17 juin 2021, après sa descente d'avion et son accueil, par les responsables de son parti.

Au quartier général du FPI, en dépit d'une foule compacte et d'une audition difficile du fait des clameurs de joie, Laurent Gbagbo a pu prononcer son discours et défini ses priorités.

"Je suis arrivé ici surtout avec les larmes aux yeux parce que je n’étais pas là, quand ma mère m’a quitté. En 2011, quand on m’a arrêté, elle a fui aussi. Elle était en exil, au Ghana. Au bout de quelques années, quand elle a su que sa fin était proche, elle est rentrée en Côte d’Ivoire", a déclaré le célèbre acquitté de la Cour pénale internationale (CPI).

Face aux dirigeants de son parti et Assoa Adou qui l'avait introduit auparavant, l'ex-chef d'Etat a précisé que "quelques années après son arrivée, en Côte d’Ivoire, elle est décédée".

"Je n’ai pas été là pour l’honorer une dernière fois, alors que c’est elle qui m’a fait. Sans elle, je ne serais pas aujourd’hui docteur en histoire. Je ne serais pas président de la République. Je n’ai pas pu l’honorer. J’ai demandé à un ami, un frère, Sangaré Aboudrahamane, à mon absence, d’organiser les obsèques de ma mère. Il a organisé les obsèques de ma mère. Il s’est déplacé au pays Bété, à Blouzon où elle a été enterrée", a déclaré Laurent Gbagbo.

Avant de regretter la disparition de son ami Sangaré. Ce dernier est décédé le 3 novembre 2018 à Abidjan. Laurent Gbagbo n'avait pas pu se prononcer lui-même, laissant le soin à Assoa Adou de le faire à sa place.

"En cette douloureuse circonstance, le président Laurent Gbagbo et la direction du parti s’inclinent et saluent avec déférence la mémoire de l’illustre disparu. Ils adressent leurs condoléances les plus attristées aux familles biologique et politique du camarade Sangaré ainsi qu’à toute la Côte d’Ivoire", avait-il déclaré.

"Je suis venu, je demanderai au secrétaire général de me donner quelques jours pour pleurer mes morts", a annoncé Laurent Gbagbo, fixant ainsi ses deux priorités privées, avant la reprise de son combat public. 

Content created and supplied by: Ivoir'Soir.net (via Opera News )

fpi laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires