Sign in
Download Opera News App

 

 

Présence militaire Russe en Afrique : Ce que les Africains ignorent sur les visées de Poutine

En à peine quelques années, la Russie a multiplié ses champs de présence militaire en Afrique. D’abord en Centrafrique, où elle a pallié au départ des soldats Français de Sangaris, qui se sont retirés en 2016 suite à une série de scandales d’abus sexuels, puis actuellement au Mali, où la junte au pouvoir s’apprête à signer un contrat avec la société privée militaire Russe, Wagner.

 

Moscou se montre particulièrement agressif dans sa politique d’expansion militaire en Afrique, et ces tentatives d’intervention directs dans les conflits armés que traversent ces états, s’accompagne de la signature d’accords de coopération militaire avec de nombreux pays. Depuis le coup d’état d’Abdel Fatal Al-Sissi en Juillet 2013, les relations se sont réchauffés entre Moscou et le Caire dans le domaine militaire. La Russie est également engagée dans des accords de coopération militaire avec le Congo-Kinshasa, depuis 2018, le Congo-Brazzaville depuis 2019 ou encore beaucoup plus récemment, l’Ethiopie en Juillet 2021.

 

Certes, l’on prête à la Russie son appétit pour les ressources naturelles dont disposent les états où elle intervient directement par l’intermédiaire de sociétés militaires privées, comme Wagner, soupçonnées d’être proches du Kremlin, mais derrière cette ruée militaire Russe, se dissimule vraisemblablement un calcul beaucoup plus élaboré.

 

Et le contexte est plus que favorable pour Moscou qui bénéficie d’un certain aura auprès des masses populaires Africaines, saoulées par le dégoût de la présence militaire Française en particulier, et qui voient en l’immixtion militaire de Moscou, une voie de salut comme c’est notamment le cas en Centrafrique ou au Mali, où les populations s’enthousiasment de chaque pas supplémentaire franchi dans le rapprochement avec la Russie.

 

Lors des gigantesques manœuvres militaires organisées dans le cadre de Vostok 2018, l’expert militaire Russe, Pavel Felguengauer confiait dans un reportage de Cnews : ‘’Il s’agit d’une préparation à une guerre mondiale plus dure. L’état-major Russe estime qu’elle se produira après 2020. Soit une guerre totale, soit une série de conflits régionaux d’ampleur. Et les ennemis, ce sont les USA et leurs alliés’’.

 

Deuxième puissance militaire au monde après les USA, les ambitions militaires Russes en Afrique pourraient cacher cette volonté secrète de Moscou de disposer de bases arrières solides et stratégiques sur le continent en cas d’éclatement d’un conflit mondial. Contrairement aux deux autres guerres mondiales, le Kremlin semble avoir compris la nécessité de prendre ancrage sur le continent noir, non seulement dans une perspective géostratégique, mais également pour l’absorption de ressources minières et énergétiques vitales à la survie de l’économie militaire Russe en temps de guerre.

 

Cet aspect des choses reste grandement ignoré par les adeptes du populisme propagandiste en Afrique qui encouragent sans le savoir une situation de rivalité sur leur continent, qui pourrait déboucher sur un désastre transversal dont les conséquences devraient être lourdes à supporter pour des états déjà éreintés par les vicissitudes de la tiers-mondialisation. Le père de la Nation Ivoirienne avait prévenu : ‘’Qui aura l’Afrique dominera le monde…’’. Et le très perspicace Poutine semble l’avoir bien compris.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

afrique caire centrafrique poutine russie

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires