Sign in
Download Opera News App

 

 

‘’Etats généraux de l’école ivoirienne’’ : décision courageuse à saluer mais…

         La toute nouvelle ministre de l’éducation nationale s’appelle Mariatou Koné ; on dit d’elle qu’elle est conciliante, pondérée ; c’est déjà en soi, un pas et un très grand pas. Nous ne savons pas d’où elle a tiré ce courage qui frise presqu‘un défi pour oser annoncer les états généraux de l’école ivoirienne. Parce qu’il est de notoriété que cette expression faisait presque monter du sang dans les veines de l’ancienne ministre de l’éducation Kandia Camara comme si ce grand rendez-vous des ‘’papos’’ sur notre école était un appel au suicide du système éducatif.

       Rien que pour ce courage que la ministre Mariatou Koné a eu pour annoncer ces incontournables et indispensables états généraux, il y a de bonnes raisons de ne pas bouder son plaisir et je ne boude pas le mien. Mais il y a quand même une grosse interrogation. Cette décision s’inscrit-elle dans la vision du gouvernement ? Si oui, pourquoi avoir attendu aussi longtemps que le système éducatif pourrisse au point qu’on soit classé avant dernier dans le dernier rapport PASEC avant de l'accepter ? Bref, on ne refera pas le monde.

     Qu’à cela ne tienne. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Il y a eu des débats de chiffonniers, quelquefois ridicules sur les orientations à donner à notre école mais l’émotion, le règne des égos n’ont été que les maitres-mots des maux de notre école : on brutalise les enseignants, on les pourchasse à travers les villes et villages mais aujourd’hui, où en sommes-nous ? Dans la déchéance totale : l’effort a foutu le camp, le mérite a été relégué aux calendes grecques, violence, congés anticipés, tontines scolaires, tricheries à outrances, ONG instrumentalisées pour contrer les revendications des syndicats du secteur éducation/formation, voilà où nous en sommes.

     La nouvelle ministre, en tant qu’anthropologue, saura entrer en profondeur, au cœur du système, interroger son interaction avec la société ivoirienne pour y dénicher les vrais problèmes qui, il faut le dire, impliqueront l’apport de tous. Le monde entier regarde madame Mariatou Koné, la Côte d’Ivoire la regarde, les parents d’élèves la regardent, les élèves l’observent, elle ne dispose pas de baguette magique certes mais elle a le devoir de mettre un peu de lumière sur ce secteur terni depuis plusieurs années. Ce sont-là les propos d’un enseignant, donc d’un sachant. Que dieu inspire notre nouvelle ministre.

     Frederic GNEZE

      

 

 

Content created and supplied by: FredericGneze (via Opera News )

‘ ’ etats

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires