Opera News

Opera News App Download

KKB rappelle Felix Houphouët Boigny : "Voilà ce qu'il nous a appris en politique"

Published 16 days ago - 16 views

Le lundi 12 octobre 2020, précisément à 13h 38, Kouadio Konan Bertin (KKB), candidat aux présidentielles du 31 Octobre prochain, a publié sur sa page officielle Facebook, une vidéo de 4mn 38, sur la conférence qu'il a animée le 30 juillet 2015, à Washington, précisément à Afrique 2050.com, devant plusieurs Ivoiriens.

Dans ce morceau choisi que nous reproduisons ici, KKB, explique à l'opinion le sens que en le premier Président de Côte d'Ivoire, a donné à la politique.

Sur cette vidéo, KKB réaffirme qu'Houphouët a appris aux Ivoiriens que l'homme fait la politique pour l'homme. Il réagissait à ceux qui ont assimilé sa visite chez Laurent Gbagbo à La Haye, suite au décès de la mère de l'ancien Président de la République, à son adhésion au FPI.

Voici le large extrait de son intervention vidéo lors de cette conférence de presse.

<< (.....). Tous les actes que j'ai posés dans la vie, je les ai posés, non pas pour plaire à un individu, je les ai posés parceque ma conviction profonde m'a recommandé de le faire.

J'ai été à La Haye. Qu'est-ce qu'on me reproche ?

KKB est allé à La Haye pour voir Laurent Gbagbo. KKB est allé prendre sa carte de FPi...

Hamed Bakayoko, il m'a reçu quand je suis arrivé à Abidjan. Quand même !

l'Ivoirien se reconnaît par des petites choses. A peu de choses.

Même, vous êtes beaucoup de noirs ici à Washington. Quelqu'un peut te voir, par ta démarche, il dit que celui-là, il est Ivoirien...

C'est comme ça les Ivoiriens.

Quelque soit les palabres qui puissent avoir entre deux ivoiriens, dès la mort intervient, un est en deuil, on se réconcilie. Même si c'est pour un mois.

Gbagbo perd sa mère. Mais ce Monsieur a été Président de notre pays.

Il a procuré beaucoup de bonheur à beaucoup d'Ivoiriens.

En tout cas moi, personnellement, Gbagbo m'a jamais rien fait de décret pour moi. Ceux qui ont les décrets de Gbagbo savent.

Il y en a qui ont été nommés ministres en 2004. Il le semble que notre constitution prévoit que c'est le PR qui nomme les ministres.

En 2004, Ouattara n'était pas encore président.

Ce Monsieur perd sa maman. On peut dire, pour un mois, on laisse tomber les compétitions entre nous. On peut aller voir ce Monsieur.

On aurait honoré sa mère. Rien que par culture, on doit le faire.

Maintenant si on d'où faire la politique à un moment où on parle de réconciliation, imagine que Monsieur Ouattara te designe comme chef de délégation, vous vous rendez à La Haye.

Bon c'est vrai, Gbagbo, on est entre nous tous les jours, mais là, sa mère est décédée. Comme pour des raisons, Ouattara ne peut pas venir, il a envoyé une délégation pour dire Yako. Et voir avec toi, comment on enterre cette femme.

Parce que c'est la maman de l'ancien Président de la Côte d'Ivoire.

Est-ce que c'est caillou il a à la place du cœur ? Ce n'est pas une pierre.

Vous avez créé les conditions d'un dialogue entre vous.

Ce n'est pas comme ça qu'on fait la politique ?

Entre nous. Qui peut accepter, on est être humain. Qui peut accepter de son vivant. L'être le plus cher, c'est la maman. Tu perds ta maman. Tu es vivant et tu ne peux pas aller l'enterrer. Tu ne peux même pas aller aux obsèques. Mettez-vous à sa place.

Au nom de quoi ? La politique.

Si c'est ça la politique, je ne la ferai pas. Je n'en ferai pas, si c'est ça la politique.

Houohouët m'a appris des choses. L'homme fait la politique pour l'homme.

L'homme est au centre de notre préoccupation politique. Si ce n'est pas pas ça, je ne suis pas un homme politique. Si c'était à refaire, je le referais.

Je ne suis pas allé pour des raisons de calculs politiciens. Voilà le sens de l'acte que j'ai posé.

Est-ce que pour ça, on a besoin de prendre carte du FPI ?

Non. Je suis au PDCI et le le sens bien au PDCI.

C'est ce que Houohouët nous appris.

Lui-même, en 1883, Gbagbo était en exil en France, il a dépêché son Grumman pour aller chercher Gbagbo. Est-ce que Houohouët est devenu FPI ?

C'est comme ça que nous devons faire la politique.

Il a juste un temps. C'est juste une journée de campagne et après on continue la vie.

C'est cette vision que je veux partager avec les Ivoiriens. C'est cette façon de faire. Je veux, non pas enseigner, mais il faut ressusciter la Côte d'Ivoire d'Houphouët Boigny >>.

Bassira.

Content created and supplied by: Bassira (via Opera News )

Tags:      

Houphouët Ivoiriens KKB
Opera News is a free to use platform and the views and opinions expressed herein are solely those of the author and do not represent, reflect or express the views of Opera News. Any/all written content and images displayed are provided by the blogger/author, appear herein as submitted by the blogger/author and are unedited by Opera News. Opera News does not consent to nor does it condone the posting of any content that violates the rights (including the copyrights) of any third party, nor content that may malign, inter alia, any religion, ethnic group, organization, gender, company, or individual. Opera News furthermore does not condone the use of our platform for the purposes encouraging/endorsing hate speech, violation of human rights and/or utterances of a defamatory nature. If the content contained herein violates any of your rights, including those of copyright, and/or violates any the above mentioned factors, you are requested to immediately notify us using via the following email address operanews-external(at)opera.com and/or report the article using the available reporting functionality built into our Platform

COMMENTAIRES

VOUS AIMEREZ