Sign in
Download Opera News App

 

 

De violentes manifestations signalées en Afrique du Sud, ce qui s'y passe réellement

Depuis ce matin nous avons assisté des « manifestations » et « des troubles sanglants secouant le pays de Jacob Zuma.»,

En effet après la procédure de la cour on apprend par The Mail and Guardian que l’ex-président Jacob Zuma attendait une nouvelle décision judiciaire.

En Clair l’ancien chef de l’État souhaite voir annuler sa peine de 15 mois prononcée pour outrage. « 10 heures d’arguments, résume le Mail and Guardian, dominés par l’insistance de l’avocat de Jacob Zuma sur le fait que celui-ci s’est vu refuser ses droits constitutionnels » pendant l'audience virtuelle du 12 juillet dernier.

Un Jugement qui a été finalement mis en délibéré, mais la violence qui règne depuis quatre jours maintenant s’est poursuivie dans le pays. Un « chaos », écrit The Citizen.

Salon nos sources cette Audience a donné lieu à « la combinaison de partisans pro-Zuma » qui ont d’abord enflammé les provinces du KwaZulu-Natal et celles du Gauteng, avec désormais l’exploitation de ce chaos par « des criminels ordinaires », « pour s’enrichir ».

Mais The Citizen voit bien que ces émeutes sont surtout le résultat « d’un échec politique et économique. »

Pour ne pas rester en marge de ces manifestations l’actuel président a lancé un appel au calme hier soir, lundi 12 juillet 2021. Un discours de Cyril Ramaphosa tenu « en lisant un prompteur et encore une fois sans répondre aux questions des journalistes, un Ramaphosa visiblement désespéré », nous décrit le Mail and Guardian.

Dans un discours dans lequel, rapporte le Sunday Times. Cyril Ramaphosa a promis « de déchaîner toute la puissance de l’État sur les pillards et les manifestants responsables d’incidents de plus en plus violents ».

Aussi le président a annoncé ce matin un déploiement de l’armée afin de rétablir « le calme et l’ordre ».

Il faut dire que c'est une réaction très remarquée ici de l’opposant Julius Malema, le chef des EFF, nous dit IOL, qui a par ailleurs suggéré « Pas de soldats dans nos rues […] nous avons besoins d’une solution politique a un problème politique ».

Chers lecteurs nous avons besoin de soutenir physiquement comme aussi moralement nos jeunes frères afin de prôner le calme dans le pays.

Merci de partager cet article et n'oubliez surtout de nous laisser des commentaires et suggestions en vous abonnant à notre page.

Content created and supplied by: Lenonditduvivant (via Opera News )

afrique du sud cyril ramaphosa jacob zuma the citizen

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires