Sign in
Download Opera News App

 

 

Alliance PDCI, FPI-GOR, GPS: Ouattara doit-t-il redouter le scénario de 2010 en 2025 ?

Quatre ans avant l'élection présidentielle d'Octobre 2025, la configuration de la sphère politique en Côte d'Ivoire à l'aune du futur scrutin, se dessine déjà.

Sans surprise, l'on devrait assister à une reconduction tacite du scénario de 2010, avec d'une part, le parti au pouvoir, soutenu par un conglomérat de formations politiques de moindre envergure, et de l'autre côté, une coalition d'opposition constituée de poids lourds électoraux, auxquels devraient également se greffer des structures politiques ou des mouvements de la société civile, engagés pour l'alternance. Avec l'évolution des choses, le RHDP au pouvoir devrait logiquement se retrouver dans une situation bien inconfortable.

Délesté de soutiens de taille, tous ses plus précieux alliés s'étant retirés, désabusés, la machine politique d'Alassane Ouattara ne se résume essentiellement qu'au RDR, qui demeure la principale ossature de ce parti dit unifié, qui a échoué à concrétiser son projet de fusion des partis de droite. Pendant ce temps, l'on assiste à un rapprochement des forces de l'opposition, dont la solidarité entre les leaders, tend à se renforcer ouvertement autour du président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié.

Allié du doyen d'âge de la classe politique Ivoirienne, Laurent Gbagbo qui jusque-là affichait un mutisme assez lourd sur le cas de son ancien chef de gouvernement, a clairement évoqué ce Lundi 02 Août, la situation du leader de Générations et Peuples Solidaires (GPS), au cours de la rencontre qu'il avait avec les conjoints et conjointes des détenus des différentes crises de la dernière décennie.

Au grand soulagement des partisans de Guillaume Soro, l'ex chef d’état révélait avoir abordé le cas Soro avec son successeur au Palais présidentiel, lors de leur entretien du 27 Juillet dernier.

Figure de proue de l'opposition Ivoirienne dont il est l'un des principaux meneurs, le retour de l'ex chef du parlement Ivoirien, condamné à la perpétuité depuis le 23 Juin, constitue un défi de taille pour le PDCI-RDA et le FPI-GOR.

L'alternance à l'horizon 2025, étant un enjeu prioritaire pour les deux anciens chefs d'état, une implication active du mouvement GPS, dissous le 23 Juin par la justice Ivoirienne dans cet impératif d'alliance, est incontournable d'autant plus que l'ancien premier ministre conserve une popularité inaltérable sur l'échiquier politique national.

Conscients du contrepoids incontestable qu'ils représentent, ces trois leaders au regard de l'expérience à succès de la coalition du RHDP en 2010, pourraient reconduire le principe, cette fois contre le grand bénéficiaire du scrutin de ayant vu l'accession au pouvoir d'Alassane Ouattara, dont les deux principaux alliés se retrouvent aujourd'hui aux côtés de son adversaire d'antan.

L'épreuve de 2025 s'annonce rude pour l'actuel dirigeant et le RHDP. Du moins si le triumvirat en cours de formation devait formaliser son alliance.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

alliance pdci côte d'ivoire rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires