Sign in
Download Opera News App

 

 

Gilbert Diendéré : "S'il faut aller au front, je suis prêt"

Gilbert Diendéré : " S'il faut aller au front, je suis prêt".

Assassiné en 1987 lors du coup d'état qui a porté Blaise Compaoré au pouvoir au Burkina Faso, le procès sur l'assassinat de Thomas Sankara suit son cours.

Alors que Blaise Compaoré est absent car en exil en Côte d'Ivoire, Gilbert Diendéré, l'un de ses proches à l'époque est à la barre depuis des jours.

Ce Jeudi 11 Novembre 2021, il était à la barre pour répondre aux questions sur son implication ou non dans l'assassinat de Thomas Sankara et ses douze compagnons.

À la question de Maître Abdoul Latif Dabo de savoir pourquoi le général Gilbert Diendéré n'a pas fui après les événements du 15 Octobre 1987.

"Le conseil de l'Entente abrite des hommes qui sont sous ma responsabilité. Pourquoi je vais fuir alors que je suis à côté sans chercher à savoir ce qui se passe ?

Prenons l'exemple que ce soit des mercenaires et admettons que je fonce dans mon village à Yako et qu'ils arrivent à exterminer mes hommes. Ils vont dire que je suis au courant de quelque chose",a-t-il expliqué à la barre.

Pour le général Gilbert Diendéré prendre la poudre d'escampette revient à décliné sa suprématie sur la caserne qui était sous ses ordres pour dire qu'un soldat ne fuit jamais.

"Cette tenue a été introduite dans l'armée en 1974 par le président Thomas Sankara et améliorée par Blaise. (...) Je porte cette tenue pour montrer ma disponibilité à aller au front puisque je ne suis pas radié de l'armée", a-t-il clarifié répondant à l'interrogation de son avocat, Olivier Yelkouny sur son port de tenue lors des procès.

Blaise Compaoré à travers ses avocats a fait savoir qu'il ne prendra pas part au procès jugé politique.

Content created and supplied by: L'éléphant (via Opera News )

blaise compaoré burkina faso gilbert diendéré olivier yelkouny thomas sankara

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires