Sign in
Download Opera News App

 

 

Présence massive et de plus en plus inquiétante de petits mendiants dans les rues d'Abidjan


Dans la capitale économique d'Abidjan, s'il y'a un phénomène qui gagne du terrain et dévient de plus en plus inquiétant, c'est bien la présence massive de petits mendiants.

D'habitude, l'on voyait des demandeurs d'aumônes d'un certain âge aux abords des édifices religieux. Aujourd'hui, contre toute attente, les rues des différentes communes d'Abidjan sont toujours bondées de petits mendiants.

Dans la commune de Marcory qui devient une zone très adulée par ces mendiants, l'on voit des gamins à longueurs de journée s'accrocher aux vitres des voitures, vêtements sales, les visages recouverts de poussière avec l'expression de la faim et de la fatigue. Alors qu'ils se font parfois contraignants pour obtenir des automobilistes des pièces d'argent pour manger, des femmes qui font office de leurs mères sont assises non loin sur le trottoir à observer de très près.

De prime abord, il a été donné de constater que ces gamins mendiants arrivent pour la plupart des pays de la sous région. Les frontières ivoiriennes sont aussi poreuses pour laisser rentrer ces gamins sur le territoire national? Où, comment arrivent-ils à être aussi nombreux dans les rues d'Abidjan ? Y'a t'il des personnes tapies dans l'ombre qui en font un business ?

Pour un pays qui aspire être émergent où des efforts considérables sont faits chaque jours pour hisser haut le drapeau national, la présence massive de petits mendiants dans les rues de la capitale économique du pays ne reflète sans aucun doute qu'une très mauvaise image.

S'il est vrai que ce sont les personnes pauvres habitées du désespoir qui embrassent facilement le djihadisme dans certaines contrées des pays où ils y sont, il faut craindre que ces terroristes se servent de ces gamins qui arrivent à rentrer sur le territoire national avec cette facilité déconcertante.

Loin de nous l'idée de dresser un tableau sombre d'une communauté, ou de dresser la conscience collective contre une catégorie de la population. C'est juste une interpellation aux autorités ivoiriennes sur une situation qui gagne du terrain et qui n'est pas toujours rassurante.


Bema Aboubacar...

Content created and supplied by: BemaAboubacarCoulibaly (via Opera News )

marcory

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires