Sign in
Download Opera News App

 

 

Voici les raisons de l'augmentation des prix des denrées alimentaires en Côte d'Ivoire

En Côte d’Ivoire, des ménages et associations de consommateurs fustigent depuis plusieurs jours la hausse des prix des denrées alimentaires. Comme on peut le constater, populations murmurent du fait de la cherté de la vie.

Les prix des produits de grande consommation ont flambé et continuent de grimper de façon vertigineuse et les ivoiriens semblent se nourrir dans des conditions difficiles.

Plusieurs raisons expliquent la flambée de ces produits.

D'abord selon l'association des consommateurs le gouvernement ivoirien a décidé de taxer les produits de grande consommation. Ainsi, l’huile, le riz, le lait, le savon et plusieurs autres produits ont tous connu une hausse qui oscille entre 9 et 20%.

Ensuite Pour le journaliste Assalé Tiémoko, maire de la commune de Tiassalé, cet état de fait est relatif à la création de certains postes inutiles et budgetivores au sommet de l'État:

Pour lui: «Plusieurs ministres sortis du gouvernement, se sont installés dans une vraie rébellion et ne trouvaient pas, en petit comité, de mots assez durs pour qualifier la décision du président, accusé ouvertement de les avoir chassés du pouvoir alors que lui-même y est encore, en oubliant tout ce qu'ils avaient fait pour lui. Quel ingrat, hurlaient-ils.

Comment faire pour éteindre rapidement le feu? Eh bien, continuer à recompenser.

La prise rapide d'un Décret sur les Districts et la nomination de la quasi-totalité des "sortis"du gouvernement en qualité de ministres gouverneurs, participe de cette politique de la récompense qui fait tant de mal aux ressources du pays.

Car, il suffit de lire le Decret portant attribution et fonctionnement de ces nouveaux districts, pour se rendre compte que ces nouveaux ministres n'apporteront rien au développement du pays et au bien-être des populations.»

Enfin certains avertis avaient prédit cette situation catastrophique depuis l'élaboration de la constitution de la troisième république du 8 novembre 2016.

Parmi ceux-ci le professeur Mamadou koulibaly pour qui la nouvelle constitution est taillée sur mesure et par la suite budgetivores.

En effet selon ce dernier la création du Sénat et d'autres institutions à caractère budgétivores auront des conséquences économiques énorme dans les foyers: «Oui à ce référendum mais demain ne venez pas dire que la vie est chère. Dans l'État, quand vous gérez des dépenses, il faut des recettes pour les financer.»

Rappelons qu'à cette époque Mamadou koulibaly avait appelé au refus de cette constitution à travers un front appelé le front du refus qui regroupait plusieurs partis politiques de l'opposition dont le FPI, l'URD,Lider et bien d'autres.


Or pour l’exercice 2021, le gouvernement ivoirien a adopté un projet de budget qui s’équilibre en ressources et en charges à 8621,1 milliards de FCFA, soit une progression de 6,9% par rapport au prévisions initiales inscrites au budget 2020.

Selon le porte-parole du gouvernement, Sidi Tiémoko Touré, qui intervenait à l’issue du Conseil des ministres du 30 septembre 2020 tenu à Yamoussoukro, ce nouveau budget vise à « contribuer à la relance des activités économiques profondément impactées par les effets de cette pandémie et à poursuivre les objectifs de développement du gouvernement orientés vers l’amélioration des conditions de vie des populations ».

A l'allure où vont les choses il est impératif que le gouvernement ivoirien trouve une solution en prennant des mesures pour supprimer certains postes inutiles de l'administration ivoirienne, baisser ''les taxes de trop'' qui ont des conséquences économiques sur les ménages et par la même occasion mettre des agents pour contrôler les prix des denrées alimentaires sur le marché.

Content created and supplied by: MichaelGbagbo (via Opera News )

côte d'ivoire ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires