Sign in
Download Opera News App

 

 

Laurent Gbagbo et le péché de l'âne

L'actualité a été dominée ce week end par la visite de Laurent Gbagbo à Henri Konan Bédié, à Daoukro,son village natal. Ces deux anciens chefs d'état ont profité de cet événement pour réaffirmer leur alliance amorcée à la veille des dernières élections législatives. Mais,au delà du factuel, on attendait surtout le discours de Laurent Gbagbo pour se faire une idée de sa posture au regard des tensions politiques nées de la dernière élection présidentielle. Et cela ne s'est pas fait attendre. Sans porter de gant,il a ,en effet, affirmé : " j'ai dit qu'il ne fallait pas un troisième mandat,parce-qu' en Afrique, on a un problème. Nous écrivons des textes et puis on les froisse et on les jette. Un texte est écrit pour être respecté." Ces propos qui sont perçus comme une pierre dans le jardin de l'adversaire ont donné du grain à moudre à certains pigistes et éditorialistes qui n'ont pas hésité à le présenter comme le premier violeur des textes en mettant en cause ses déboires conjugaux. Des critiques qui font penser à la fable de La fontaine intitulée Les animaux malades de la peste. Dans cette fable,en effet,les animaux décimés par la peste y voient une malédiction de Zeus qui veut les punir de leurs péchés. Pour conjurer le mauvais sort le lion ,au cours d'un conseil, intima l'ordre à chaque animal, y compris lui même,de confesser ses péchés afin que tout forfait grave susceptible d'avoir déclenché la colère des Dieux soit offert en sacrifice à Zeus pour apaiser sa colère. Ainsi pour assurer tout le monde de sa sincérité et de son impartialité confessa avoir dévoré tout un pâturage,y compris le berger. Aucun auditeur n'y trouva un acte grave. Bien, au contraire, ils louèrent son courage et saluèrent sa volonté de venger les animaux en dévorant le berger. Mais dès que le pauvre âne,se soumettant à l'exercice, avoua avoir brouté une touffe d'herbes dans un pré, tous les animaux s'exclamèrent "Haro sur le baudet". On lui imputa à crime cet acte et fut livré en sacrifice aux Dieux pour espérer conjurer le mauvais sort. Comprenne qui peut !

Content created and supplied by: Emmanuelfofana (via Opera News )

henri konan bédié laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires