Sign in
Download Opera News App

 

 

Bangolo / conflit coutumier à Gloplou : des zones d'ombre persistent dans la désignation du chef de village

Le dossier sur la désignation du chef du village, dans le département de Bangolo piétine. Depuis des semaines, autorités villageoises et administratives peinent à trouver un successeur à M. Mahan Joseph dit Mahan payard, le défunt chef de village.

Une partie du village réclame des élections pour remplacer le nouveau chef mais à contrario, un autre groupe propose que le préfet à la retraite, M. Traha Sieoulou Laurent soit installé à la place du chef défunt. Des manifestations pro et contre des élections se succèdent chaque jour dans cette localité sans que rien. Le référendum qui devrait départager les deux parties n'est pas allé à son terme à cause des échauffourées.

Selon nos sources, le sous-préfet qui devrait superviser ce référendum aurait été violenté et hué par un groupe d'individus. Selon le président de la mutuelle, M.Zemon René, M. Chérif Ibrahima, le préfet de Bangolo s'apprêterait à désigner Traha Sieoulou Laurent comme le chef de village. Une décision qui, aux dires de certains prétendants causeraient des violences aux conséquences difficiles à maîtriser.

En effet, selon notre analyse faite de ce dossier, des zones d'ombre persistent dans la mise en œuvre et l'aboutissement heureux de ce contentieux. Premièrement, a l'entame des pourparlers, le préfet du département de Bangolo aurait réclamé la somme de 100.000 FCFA à chaque postulant pour l'organisation d'une élection. Aux dires du président de la mutuelle de développement que nous avons rencontré hier dimanche, Cinq candidats se seraient déjà acquittés de cette somme. A quoi serviront ces sommes quand on parle de désignation actuellement.

Deuxièmement, l Traha Sieoulou Laurent , si l'ont s'en tient toujours aux propos de M. Zémon René, n'aurait pas payé cette somme pour faire acte de candidature.

Troisièmement, on parle de consensus lorsque toutes les parties sont d'accord pour un sujet donné. Du moment où il y a des voix discordantes, ne seraient-ils pas mieux d'organiser un scrutin pour finalement donnée tort à cette " minorité" qui réclame des élections ?

Quatrièmement, la désignation d'un chef de village se fait selon les us et coutumes liées à cette population. Glopou dont on affirme avoir connu son chef en 1944 à l'issue d'un scrutin ne serait-il pas dans sa logique ?

En tout ce qui se passe dans cette localité est loin d'être une fierté pour ses filles et fils qui regardent impuissants des jeunes se blesser à la machette. Cela aussi est un vrai flop pour les autorités administratives qui "manquent d'inspiration" pour résoudre l'équation Glopou.

Aux dernières nouvelles, les candidats à la chefferie auraient adressé un courrier au ministère de l'intérieur pour son implication dans ce conflit qui perdure.


.

Kanou Francklin.

Content created and supplied by: Kanoufrancklin (via Opera News )

bangolo à gloplou

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires