Sign in
Download Opera News App

 

 

La France malmenée dans sa "France - Afrique"

Les relations entre la France et ses anciennes colonies sont de plus en plus remises en questions. Son influence s'amoindrit de plus en plus avec la Russie et la Chine qui s'imposent comme les nouvelles alternatives politiques et économiques.

Tchad : Macron et la Françafrique, le divorce impossible - L'Express

La France a de plus en plus de difficultés à s'imposer dans plusieurs pays de son précarré africain. En ce moment, c'est la Centrafrique et le Mali qui semblent lui tenir tête, mais des pays comme le Rwanda qui faisait partie de sa sphère d'influence s'y sont totalement soustrait. A partir de 2006, les relations entre les autorités rwandaises incarnées par Paul Kagamé ont décidé d'une rupture diplomatique puis choisi l'anglais comme langue officielle. Beaucoup moins radical, le gabonais Ali Bongo tente de faire un glissement vers le Commonwealth depuis quelques années. Les choses sont en de très bonnes voies. Les raisons officielles évoquées sont que le Gabon est à la recherche de partenaires économiques beaucoup plus dynamiques que la France. Mais tout le monde sait qu'Ali Bongo a en tête de se libérer de la présence trop paternaliste de la France. 

Paris-Bangui: Emmanuel Macron demande des garanties au président  centrafricain Touadéra – International | L'Opinion

En Centrafrique les difficultés de la France se font plus saillantes. Ce 10 juin, elle a annoncé la fin de sa coopération militaire et le retrait de l'enveloppe de 10 millions d'euros qui la soutenait. Les français se disent victimes d'une campagne de dénigrement organisée par les nouveaux partenaires russes du président Centrafricain.

Sahel : le président Macron annonce la fin de l'opération Barkhane

Au Mali, c'est la fin de l'opération Barkhane. Emmanuel Macron a fait l'annonce ce jeudi 10 juin en marge du sommet du G7. Plus de 5000 soldats vont être retirés du théâtre des opérations après le manque de coopération de la junte militaire malienne au pouvoir. Il se raconte qu'Assimi Goita serait très proche des russes qu'il aimerait faire intervenir dans son pays. Il y a là, largement de quoi contrarier la France en plus du sentiment anti français grandissant après 8 ans de leur présence qui n'ont malheureusement pas réussit à endiguer le terrorisme.

Macron menace de retirer les soldats français du Mali | Atalayar - Las  claves del mundo en tus manos

On le voit, le statut de gendarme de l'Afrique francophone qu'on reconnait aux français est en train d'être fortement mis à mal. La Russie va si on n'y prend garde les supplanter comme c'est déjà le cas en Centrafrique avec succès. Il ne reste plus que les russes soient efficients au Mali pour que ce statut de gendarme soit définitivement écorné. Une humiliation qui serait perçu comme le top départ d'une débâcle de la France en Afrique qui ne dirait pas son nom. Il faudra pour cela que les autorités maliennes invitent les russes à faire leurs preuves dans le sahel, mais à quel prix ? il faut le dire, si de plus en plus de pays africains se tournent vers d'autres partenaires, c'est que les solutions françaises ne font plus recettes. même sur le plan économique, la Chine est devenu le premier partenaire économique des pays africains. Il est certainement plus avantageux de faire affaire avec les chinois vu que la tendance s'est inversée négativement pour les français.

Au bout de vingt ans, la “success story” de la Chinafrique a des  conséquences qui posent problème »

De manière silencieuse, la Russie et la Chine sont en train de malmené la France sur ses propres bases africaines. Sa suprématie est de plus en remis en question. De plus en plus, certains chef d'Etats africans remettent en cause les accords économiques et les contrats d'exploitations de leurs matières premières. Ali Bongo avait suggéré un partenariat gagnant gagnant. Si dans la rhétorique, il est plus que aisé de le dire, en pratique, les obstacles sont énormes. Mais l'idée fait son chemin.

Content created and supplied by: JAKMA (via Opera News )

centrafrique emmanuel macron france gabon mali

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires