Sign in
Download Opera News App

 

 

Guillaume Soro aux hommes de pouvoir : « quand on devient grand type, il faut rester humble »

Grandeur et décadence sont les deux facettes d’une même pièce tout comme la vie et la mort, le succès et l’échec… En effet, la chute du Président Alpha Condé continue d’alimenter l’actualité sur le continent et même au-delà. Chacun y va de son commentaire. Comment cet opposant historique qui a connu des vertes et des pas mures sous Lansana Conté et grand intellectuel de surcroit qui suscitait tant d’espoir au sein du peuple guinéen a-t-il fini par être ce Chef d’Etat mis aux arrêts par les forces spéciales et contre qui un long chapelet de griefs a été égrené ? 

Le troisième mandat était-il le pas de trop, le Rubicon qu’il ne fallait pas franchir ? La répression de l’opposition et l’emprisonnement de leaders politiques, le climat politique délétère et la lourde atmosphère à couper au couteau aux lendemains de la présidence, tous ces facteurs n’ont-ils pas contribué à la chute du Professeur Alpha Condé ? Comment expliquer la triste fin de cet éminent intellectuel ?

        Guillaume Soro ex PAN de Côte d’Ivoire dans un tweet sans toutefois citer le Chef de l’Etat guinéen déchu, a invité les hommes détenteurs d’une parcelle de pouvoir aussi infime soit elle à plus de lucidité et d’humilité. « Le pouvoir ce n’est rien du tout » commence-t-il. « Les anciens ministres, il y a n’en des millions, les ex Présidents de la République, ils commencent à devenir nombreux » relate-t-il et de conseiller « donc quand tu as un poste ne prend pas la grosse tête, garde tes amitiés parce qu’on ne sait jamais, un jour tu auras besoin de tes amis si petits soient-ils ».

        Pour l’ex PAN « quand on devient un grand type, il faut rester humble, il ne faut pas prendre la grosse tête » explique-t-il trivialement « parce que si tu prends la grosse tête, le jour où le pouvoir fini », l'on se trouve réduit à sa plus simple expression avertit le natif de Ferké. Ceux qui aujourd'hui scandent ''vive le Président'' sont les mêmes qui demain vous descendront à coup de '' A bat le Président'' avait prophétisé l'artiste.

Il est certes difficile de demeurer soi-même et garder ses pieds sur terre devant le pouvoir enivrant qui change l’homme en Dieu mais Jean Charles Harvey dans ‘’Les Paradis de sable’’ nous rappelle qu’« il existe un péché plus destructeur et plus enivrant que la luxure. C'est la passion du pouvoir » et les hommes de pouvoir doivent s’en prémunir.

         

Content created and supplied by: SGB78 (via Opera News )

alpha condé guillaume soro

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires