Sign in
Download Opera News App

 

 

La tentative suicidaire de Simone Gbagbo?

Simone Gbagbo se pose désormais en opposante à Gbagbo

Laurent Gbagbo n’a pas d’adversaire au Fpi. C’est une vérité désormais admise par tous. Au parti comme en dehors. Simone Gbagbo l’a certainement oublié. Les premiers à en avoir fait l’expérience, c’est le groupe des Don Mello, Georges Coffi, Jacques Kacou et autres Valère Guéi dans la deuxième moitié des années 1990. Ils avaient prétexté de divergences idéologiques pour fonder un courant au sein du Fpi. Ce courant s’est retrouvé tellement à l’étroit au sein du parti que ses initiateurs l’ont transformé en un éphémère parti politique. Don Mello et la plupart de ses amis ont finalement rejoint Laurent Gbagbo au début des années 2000 suite à l’échec de leur aventure.

L’autre qui expérimente à ses dépens depuis sept ans l’impossibilité de s’opposer à Laurent Gbagbo au sein du Fpi, c’est Pascal Affi N’Guessan, le président légal du parti. Même en prison loin de la Côte d’Ivoire, Gbagbo a réussi à l’étouffer sans mot dire officiellement.

Certes, depuis qu’elle est sortie de prison en août 2018, Simone Gbagbo, nourrie de ces expériences, n’a pas osé défier ouvertement Laurent Gbagbo, mais par certaines initiatives, elle donnait l’impression de vouloir faire son trou. Ainsi, certaines de ses déclarations ont parfois suscité de la polémique à l’image celle faite devant les femmes militantes du Fpi à Azito dans laquelle elle affirmait que Laurent Gbagbo n’était pas la vision du Fpi. Ou encore, ces remerciements adressés « au président Ouattara » depuis son village Moossou. Ce qui avait conduit des cyber-activistes à l’accuser d’avoir des ambitions démesurées et de croire qu’elle pouvait réussir là où Affi avait échoué, c’est-à-dire, tourner la page Gbagbo.

Sa récente sortie n’étant que la confirmation d’une logique qui va assurément contre la ligne politique suivie depuis longtemps par ceux qu’on appelle les « Gbagbo ou Rien=GOR » dont elle fait officiellement partie. Pour ces derniers, en effet, quiconque remercie publiquement Alassane Ouattara est considéré comme un traitre à la cause de Gbagbo, donc, un vendu.

Plus particulièrement, dans le contexte actuel, les déclarations de Simone Gbagbo apparaissent comme une tentative de se positionner comme l’antithèse de Laurent Gbagbo. Faire ce que le pouvoir aurait voulu que Gbagbo fasse. Simone Gbagbo, longtemps perçue comme l’aile dure du Fpi, la femme intransigeante, serait subitement devenue la femme au discours consensuel. Celle qui trouve que la Côte d’Ivoire est plus importante que Laurent Gbagbo qui n’a été que le porteur d’une « vision commune d’une nation remplie de justice et d’équité ». Devrait-on en déduire que pour Simone Gbagbo, Laurent Gbagbo ne porte plus cette vision ?

En juillet 2014, quand elle et ses amis avaient entrepris de mettre Affi N’Guessan sur la touche parce que soupçonné de vouloir tourner la page de Gbagbo, elle avait eu cette phrase qui barrait la manchette du journal de sa rivale Nady Bamba: « Gbagbo est en posture de combat ». A l’époque, Gbagbo était en prison à La Haye et elle-même, en résidence surveillée à Odienné. Or, désormais libre, Laurent Gbagbo a déclaré qu’il est un soldat, prêt pour le combat. Qu’est-ce qui a donc changé aux yeux de Simone Gbagbo pour qu’elle rame à contre-courant de la logique poursuivie par Laurent Gbagbo et qu’elle partageait entièrement ?

Remercier publiquement Alassane Ouattara d’avoir permis à Gbagbo de revenir chez lui et ignorer la répression qui s’est abattue sur les militants le 17 juin ; demander aux Ivoiriens d’aller au-delà de l’amour qu’ils portent à Laurent Gbagbo ; « plaider » auprès d’Alassane Ouattara au lieu d’exiger comme le ferait une opposante forte et sûre de son bon droit etc. on pourrait se demander si Affi NGuessan avait eu le courage d’aller si loin. Au point de se faire applaudir par Fraternité Matin et son éditorialiste Venance Konan.

Les circonstances de la vie ont certainement fait oublier à Simone Gbagbo ce qui fait l’essence du Fpi à savoir que : « Gbagbo a toujours raison ; même s’il n’a pas raison, il a raison ». Et quiconque veut l’expérimenter s’y brûle.

RocheD

Content created and supplied by: RocheD (via Opera News )

laurent gbagbo simone gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires