Sign in
Download Opera News App

 

 

Politique: les ministres ont-ils la responsabilité du développement de leurs régions ?

Partons d’abord de la définition du mot « ministre » avant tout propos. Le Robert définit ce statut comme relevant d’un « agent supérieur du pouvoir exécutif ». Limitons-nous à cette définition. Dans le fait, un ministre n’est en réalité qu’un valet, un commis, qui a pour mission de s’atteler à répondre aux attentes d’un état et surtout de son gouvernement (de son premier ministre). 

Néanmoins, une tendance africaine de la vision politique tend à conférer aux ministres des pouvoirs de démiurges, de faiseurs de miracles une fois que ceux-ci sont nommés. Non, le ministre de la santé n’est pas, dans le sens littéral de la gestion politique, un ambassadeur entre ses terres d’origine et le développement. C’est pourtant à grand-peine ce que la politique sous nos tropiques donne à voir. 


On peut ainsi voir des régions prendre un grand retard dans le développement du fait qu’elles n’aient pas de représentants dans les hautes sphères étatiques. Et d’autres prendre un envol époustouflant dès qu’un de leurs fils est nommé ministre d’un tel ou tel ministère. La partialité est donc poussé à l’extrême et le développement global du pays s’en trouve touché. En principe, le pouvoir d’un ministre ne se limite qu’à exécuter, à agir selon une ligne de conduite bien définie. Alors, comprenons-le, un ministre n’est pas faiseur de miracle. On entend certains juger des cadres de certaines régions parce qu’ils n’ont pas construits des routes, des écoles, des hôpitaux durant leur séjour au ministère. Cela ne relève pourtant pas de leur devoir. C’est un fait indéniable. On ne reprochera jamais à un homme de propulser les siens vers un développement économique et social stable. Mais cela doit se faire dans l’équité et ne pas tourner à un déséquilibre qui verrait certains souffrir d’un désavantage criant.


Pour clore, la pression doit être mise sur l’Etat et non sur un individu. C’est l’Etat qui a la charge de la construction d’infrastructures et non le ministre de l’enseignement supérieur ou celui de la santé. Qu’on ne l’oublie pas. 


Abonnez-vous pour plus de contenus !

Content created and supplied by: Negrowski (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires