Sign in
Download Opera News App

 

 

Georges Armand Ouégnin : "Maintenant que Gbagbo est là, il est urgent que soit une concertation"

Il témoigne d’un profond attachement au président Laurent Gbagbo. Le président de « Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté » (EDS), Georges-Armand Ouégnin, désormais vice-président du parlement de Cote d’Ivoire dit ce qu’il attend de son référent politique, le président Laurent Gbagbo.

Laurent Gbagbo arrivé d’exil depuis le 17 juillet séjourne en République Démocratique du Congo dans le cadre d’une visite privée. Selon vous qu’est-ce qui doit être fait dès son retour ?

Mon souhait, c’est de voir tous les acteurs de la vie politique, et de la société civile réunis autour des présidents Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara, dans le cadre d’un dialogue national pour parler de la Côte d’Ivoire, notre patrimoine commun.

Pendant de longues années, vous avez-vous-mêmes multiplié en vain les appels au dialogue à l’endroit du régime. Qui aura donc l’initiative de cette concertation ?

Feu Abou Drahamane Sangaré l’a dit, et je prends cette affirmation à mon compte. Le président Laurent Gbagbo est « le chainon manquant de la réconciliation ». Les ivoiriens ont une profonde confiance dans ses capacités, ses compétences. Mais il appartient au pouvoir de prendre l’initiative d’un grand dialogue. Maintenant que le président Laurent Gbagbo est là, et que les trois plus grandes figures de la politique en Côte d’Ivoire sont réunies, il est urgent que le régime prenne l’initiative de cette concertation, comme ce fut le cas, pour le forum de la réconciliation organisé en 2001, par le président Laurent Gbagbo.

Qui est concerné par ce dialogue ?

Le constat est clair. Les ivoiriens de toutes les tendances politiques aspirent profondément à la réconciliation vraie, seul gage d’un avenir lumineux et radieux pour notre beau pays. C’est donc un dialogue inclusif qu’il faut. Ce qui signifie (je répète), que toutes les forces politiques, ainsi que toutes celles issues de la société civile doivent prendre part à ces débats. Ce dialogue qui va consolider les fondements d’une réconciliation vraie pour une paix durable, nous le devons aux générations futures.

Le président Laurent Gbagbo libéré, que devient EDS ?

Notre plateforme politique a été créée, en avril 2017, à l’initiative du très regretté Abou Drahamane Sangaré, alors président par intérim du FPI. C’est donc ce grand parti qui constitue la colonne vertébrale, l’épine dorsale de EDS dont le référent politique est Laurent Gbagbo. Notre objectif c’est de rassembler les ivoiriens épris de justice et de liberté dans la perspective d’une société démocratique, solidaire et d’un peuple souverain. EDS va donc continuer de se battre aux côtés du président Laurent Gbagbo qui incarne cette vision.  

 

                                    Interview réalisé par

                                       Germaine Dahi

Content created and supplied by: Germaine_Dahi (via Opera News )

gbagbo georges armand ouégnin ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires