Sign in
Download Opera News App

 

 

Bouaké / Usine Gonfreville : les travailleurs pourraient bientôt retrouver le sourire

Est-ce le réveil économique de Bouaké, capitale de la Paix, qui s’annonce ? On pourrait bien le croire si l’on se fie aux déclarations du Premier Patrick Achi qui y était en séjour ce week-end pour le lancement effectif des activités de la Société de Transport Abidjanais dans cette ville. 

Bouaké devient la deuxième ville du pays à recevoir les mastodontes verts de la Sotra, signe annonciateur du renouveau économique de cette ville autrefois vitrine de l’essor industriel de la Côte d’ivoire après Abidjan. « Bouaké et sa piscine et ses grandes rues bien éclairées » est un refrain qui a été repris bon nombre d’ivoiriens signe du passé glorieux de cette ville, devenue cité martyr à la faveur de la crise militaro politique de septembre 2002. La ville pourrait dans un futur proche retrouver ses couleurs et sa joie de vivre d’antan. 

En effet, en marge du lancement des activités de la Sotra, le Premier ministre Patrick Achi a visité l’usine de Gonfreville, véritable fleuron de l’industrie textile qui a été pendant longtemps la plus importante de toute l’Afrique de l'ouest. Cette usine comme bien d'autres qui jadis faisaient la fierté de toute la région des savanes et même au-delà, est plongée dans une sinistrose qui ne dit pas son nom. Désormais réduite à une poignée d'ouvriers et ayant perdu une bonne partie de marchés par manque de compétitivité, l’usine tourne désormais au ralenti.

C’est donc avec une joie immense et un grand espoir que les responsables de cette entreprise et les ouvriers ont réservé un accueil chaleureux au Premier ministre. Au terme de cette visite, Patrick Achi a fait naître une lueur d’espoir dans le cœur de toutes ces personnes qui gagnaient leur vie.

« J'ai échangé avec les ouvriers qui poursuivent avec courage l'activité » a indiqué le Premier ministre, Patrick Achi. « Cette usine qui a 100 ans, fut la plus importante d'Afrique de l'Ouest » a t-il tenu à rappeler avant d’annoncer à la grande joie des responsables et des ouvriers de l’usine qu’à « la demande du Président de la République, Alassane Ouattara », il étudiait avec son gouvernement « les moyens de sa relance ».

Si cette usine retrouvait son régime de production d'autrefois, ce sont des milliers d'hommes et de femmes qui trouveraient un emploi stable et décent toute chose qui réduirait le chômage dans une ville où la majorité des jeunes exercent comme chauffeurs de motos taxis pour subvenir à leurs besoins.

  Plus globalement, en dehors de cette usine, il faudrait penser à un plan de relance de l’ensemble des unités de production de la ville pour donner un second souffle à cette ville de plus d’un million d’habitants. 

Content created and supplied by: SGB78 (via Opera News )

Bouaké Gonfreville Sotra

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires